mardi 20 août 2019
Accueil / La une / Mine d’or d’Ity : l’exploitation du futur aurifère de la Côte d’Ivoire

Mine d’or d’Ity : l’exploitation du futur aurifère de la Côte d’Ivoire

Mine d’or d’Ity : l’exploitation du futur aurifère de la Côte d’Ivoire
Une mine d'or à ciel ouvert de Côte d'Ivoire.Getty Images/Danita Delimont

«Notre secteur minier se présente progressivement comme un pilier de notre économie». C’est l’avenir doré qu’Amadou Gon Coulibaly, le Premier ministre a laissé entrevoir pour la Côte d’Ivoire en marge de l’inauguration jeudi dernier de l’usine ultramoderne d’Endeavour Mining à Ity, dans l’ouest du pays. Sur ce site, la compagnie canadienne va entamer l’exploitation, via la technique de lixiviation en cubes, de 5 à 6 tonnes d’or par an. Un rythme qui devrait permettre de faire sortir quelque 70 tonnes d’ici 2034.

L’usine d’Ity, dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, va utiliser la lixiviation en cubes, un procédé complexe consistant à fragmenter le minerai pour en extraire l’or. Cette technique ultramoderne va permettre à l’opérateur Endeavour d’extraire 5 à 6 tonnes d’or de la plus ancienne du pays. Entre foncier et relocalisation de certains villages jouxtant la mine, construction de l’infrastructure, la compagnie canadienne a dû débourser 412 millions de dollars pour mettre cette usine sophistiquée.

Localisée dans le département de Zouan-Hounien, à l’ouest du pays, l’usine été inauguré en présence d’Amadou Gon Coulibaly, le Premier-ministre, Jean Claude Kouassi, le ministre des Mines et de la géologie et Sébastien De Montessus, le président directeur général du groupe Endaevour Mining. La durée de vie de la mine qui a produit sa première once d’or en 1991, s’en trouve prolongée de 14 ans. Au rythme de 5 à 6 tonnes d’or extraites par an, la production devrait atteindre 70 tonnes d’ici 2034.

La Côte d’Ivoire, derrière les exportateurs d’or du Continent

«Notre secteur minier se présente progressivement comme un pilier de notre économie», a fait savoir Amadou Gon Coulibaly lors de la cérémonie d’inauguration dans la région du Tonkpi. «La production industrielle d’or est passée à la fin de 2018 à 25 tonnes contre seulement 7 tonnes en 2009». Cette augmentation de la production que l’Etat veut faire passer à 30 tonnes dès la fin 2019, est le fruit d’une politique amorcée depuis 2014. Cette dernière a permis d’octroyer à fin 2018, quelque 178 permis de recherche minière et 16 permis d’exploitation minière industrielle.

C’est dans le cadre de cette ruée vers les mines que la compagnie canadienne est arrivée sur le marché ivoirien où elle exploite déjà les sites d’Agbaou et d’Ity. Dans ce dernier site, « la commercialisation de cette production devrait générer pour l’Etat de Côte d’Ivoire 230 millions d’euros en matière d’impôts», a affirmé Sébastien de Montessus. Quelques 1000 emplois indirects devraient aussi être créés selon la compagnie.

La Côte d’Ivoire inaugure ainsi un futur aurifère. En plus du café et du cacao, le pays pourrait ajouter l’or à son tableau économique. Il se situe sur une côte de l’or dont les gisements sont exhumés dans les pays frontaliers. Au niveau africain, Abidjan court derrière le Ghana, devenu le premier exportateur d’or du Continent, juste devant l’Afrique du Sud. Avec des pays comme le Mali, ou le Burkina-Faso, il pourrait truster le classement africain.

la tribune afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut