vendredi 13 décembre 2019
Accueil / Mines & Energies / Mines : le groupe britannique Petra Diamonds revoit à la baisse ses prévisions de croissance

Mines : le groupe britannique Petra Diamonds revoit à la baisse ses prévisions de croissance

Mines : le groupe britannique Petra Diamonds revoit à la baisse ses prévisions de croissance
Plombé par une demande quasi stagnante, le groupe britannique Petra Diamonds a confirmé ce lundi que son chiffre d’affaires sera en deçà des prévisions annoncées, avec un recul des volumes de son industrie extractive de pierres précieuses.

Le groupe Petra Diamonds a annoncé ce lundi un chiffre d’affaires inférieur aux estimations des analystes et s’attend à une légère baisse de la production pour l’année prochaine. D’après l’agence Reuters, le minier britannique est confronté à un marché du diamant touché par une demande faible et un manque de facilité de crédits. Centrées sur l’Afrique du Sud, ses actions ont reculé de 4,4% ce lundi.

Le groupe, qui a tenté de circonscrire sa dette tout en générant des flux de trésorerie disponibles, a révélé qu’il cible des flux de trésorerie disponibles compris entre 150 et 200 millions de dollars au cours des trois prochaines années.

Revenus en baisse de 6%

Pour l’année 2020, Petra Diamonds devrait atteindre une production de diamants d’environ 3,8 millions de carats, contre 3,9 millions de carats pour l’exercice clos le 30 juin. Il révisera son objectif de dépenses en capital à 43 millions de dollars pour l’année prochaine.

petra diamonds carte mines

«La demande et les prix du diamant poli ont été plus faibles, le marché étant confronté à des stocks de poli taillés plus élevés que la normale et un important resserrement du crédit bancaire», a déclaré justifié le groupe, qui a enregistré une chute de 5% du prix annuel du diamant réalisé.

Les revenus pour l’exercice clos le 30 juin dernier ont reculé de 6% à 463,6 millions de dollars, chiffre inférieur aux estimations de 483,2 millions de dollars des analystes, fournies par Petra Diamonds.

Le groupe britannique, dont le siège est basé à Jersey, la plus grande des îles anglo-normandes, exploite six mines de diamants situées en Afrique du Sud, en Tanzanie et au Botswana.

La Tribune Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut