Accueil / Développement / TUNISIE: MIP – Les nouveaux acquéreurs dressent un sombre bilan financier

TUNISIE: MIP – Les nouveaux acquéreurs dressent un sombre bilan financier

TUNISIE: MIP –  Les nouveaux acquéreurs dressent un sombre bilan financier

Suite à l’acquisition de 66% du capital de la société Maghreb International Publicité (MIP), les nouveaux acquéreurs, la société Lawhat Tunisie et la société libanaise Yellow Spirit en l’occurrence, ont tenu jeudi 8 septembre 2016 au siège de la Bourse de Tunis une communication financière durant laquelle Maher Ben Salem, nouveau PDG de MIP, et Antonio Vincenti, CEO du groupe Yellow Spirit, ont dressé un sombre bilan de la situation financière de la société MIP et présenté aux analystes financiers et aux journalistes la stratégie à mettre en place par la nouvelle équipe dirigeante.

Situation catastrophique de MIP

Après avoir présenté son groupe, le CEO du groupe Yellow Spirit a tenu à préciser que le consortium libano-tunisien qui détient 66,36% du capital de MIP acquis auprès des fondateurs historiques de ladite société, à savoir Hédi et Mehdi Chriha au prix unitaire de 1 dinar (la valeur nominale de l’action), est conscient de la situation de MIP qui s’est fortement dégradée et devenue probablement insoutenable compte tenu des conditions difficiles du marché.

“Le sauvetage de MIP nécessitait une restructuration et une focalisation sur le coeur de métier mais aussi de convaincre préalablement tous les partenaires”, a-t-il déclaré.

Evoquant les démarches d’acquisition du groupe MIP, M. Vincenti a avoué que l’opération d’acquisition a pris plus de temps que ce qui était prévu suite aux travaux de due diligence approfondie opérationnelle, financière et juridique. “Yellow Spirit est maintenant garant de la dette bancaire et leasing de MIP et la main levée a été bel et bien obtenue par les anciens actionnaires”, souligne M. Vincenti.

Pour sa part, M. Ben Salem a dressé un sombre tableau de la situation financière de MIP. “Nous nous sommes rendus compte des difficultés et des pertes cumulées de MIP. Mais la situation était bien pire que ce que nous pensions”, déplore le PDG.

En effet, poursuit M. Ben Salem, le consortium souhaitait finaliser la transaction au mois de février mais il a fallu attendre jusqu’en août. “durant cette période MIP a perdu des concessions municipales et plusieurs clients importants ce qui a causé une forte baisse du chiffre d’affaires à fin juin dernier et des pertes d’exploitation importantes ce qui nous oblige à injecter immédiatement de fonds. En outre, le plan de restructuration nécessite des fonds complémentaires”.

MIP devrait être retiré de la cote

Le management de MIP a annoncé que les modalités de l’OPA seront fixées dans les prochaines semaines par le Conseil du marché financier (CMF). Fixée à un prix de 1 dinar l’action, l’OPA représente, selon M. Vincenti, une opportunité à saisir par les petits porteurs. “Nous sommes conscients que pour les convaincre de vendre il faut leur offrir une prime intéressante par rapport au cours boursier actuel”, a-t-il expliqué.

Selon la vision de la nouvelle équipe managériale, pour rassurer les partenaires commerciaux la restructuration de MIP doit se passer en dehors de la Bourse. De ce fait, M. Vincenti a incité les détenteurs des parts restantes dans le capital de MIP (34%) à proposer leurs actions dans le cadre de ladite OPA afin de retirer la société de la cote.

Au final, le management de MIP avoue qu’aucune stratégie commerciale claire n’est mise en place vue que la situation financière s’est fortement détériorée ces derniers mois et qu’il faut incontestablement arrêter “l’hémorragie”.

 

 

 

Omar El Oudi / ilboursa.com

Aller en haut