lundi 21 septembre 2020
Accueil / Finances / Mise en œuvre des réformes budgétaires de l’espace Uemoa: La société civile valide son rapport alternatif

Mise en œuvre des réformes budgétaires de l’espace Uemoa: La société civile valide son rapport alternatif

Mise en œuvre des réformes budgétaires de l’espace Uemoa: La société civile valide son rapport alternatif

Dans le cadre de son projet d’appui à la participation de la société civile au processus budgétaire, le consortium Social Watch/Rifonga a élaboré un rapport alternatif sur la mise en œuvre des réformes budgétaires de l’espace communautaire Uemoa en 2019. Ce rapport a été validé, hier mardi 26 novembre 2019 à Cotonou.

Permettre au gouvernement de revoir sa copie quant à la mise en œuvre des réformes budgétaires de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) et à la commission de l’Uemoa de tenir compte des suggestions de la société civile pour parfaire sa perception. Ainsi s’énoncent les objectifs du consortium Social Watch/Rifonga en élaborant son rapport alternatif.
Situant les travaux dans leur contexte, Léontine Idohou, présidente du Réseau pour l’intégration des femmes des Organisations non gouvernementales de l’Afrique de l’Ouest et membre du Consortium Social Watch/Rifonga, a rappelé qu’à l’instar des autres Etats de l’Uemoa, le Bénin a ouvert dans les années 2000 un important chantier de réformes dans le secteur des finances publiques. L’objectif, a-t-elle précisé, est d’améliorer « l’efficacité de l’action publique par une participation active des citoyens au processus budgétaire, l’instauration d’une véritable transparence dans la gestion des finances publiques et la reddition de comptes et la responsabilisations des acteurs publics ». Ces réformes sont inspirées par les directives de l’Uemoa dont celles du cadre harmonisé des finances publiques de 2019. La mise en œuvre de ces réformes requiert une revue annuelle de la commission technique de l’Uemoa. Selon Léontine Idohou, c’est pour s’assurer que les travaux de cette revue des réformes « reflètent la réalité du pays » que le consortium Social Watch/Rifonga a produit un rapport alternatif. Ce rapport, a-t-elle fait savoir doit être transmis à la commission technique de l’Uemoa à son passage annuel. Dans cette perspective, se tient le présent atelier dont le but est de procéder à la validation dudit rapport par des cadres de la chaîne des dépenses publiques du ministère de l’Economie et des Finances et les Organisations de la Société civile, a-t-elle poursuivi.
Justifiant le bien-fondé de l’intervention de la société civile en matière de mise en œuvre des réformes budgétaires, Léontine Idohou a relevé que le rapport de la commission de l’Uemoa au titre de 2018 comporte des contrevérités sur le plan de la gouvernance économique. A titre illustratif, elle a mentionné que le rapport n’a pas été fidèle en indiquant que « les ministères produisent et transmettent leurs rapports de performance à la Chambre des comptes ». De même, le consortium ne partage pas le fait que le rapport de l’Uemoa prétende que les contrats de marchés publics sont publiés et que la directive portant régime financier des collectivités territoriales est déjà transposée.
Au cours des travaux, les participants ont suivi la présentation du rapport par le consultant qui a accompagné le consortium dans son élaboration puis à faire des suggestions pour son amélioration conformément aux réalités du terrain.
lanationbenin

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut