Accueil / Non classé / Mondial 2014: les réactions africaines après le tirage au sort

Mondial 2014: les réactions africaines après le tirage au sort

Mondial 2014: les réactions africaines après le tirage au sort

L'Ivoirien Siaka Tiéné.

Toutes les équipes africaines n’ont pas été logées à la même enseigne lors du tirage au sort de la Coupe du monde 2014, ce 6 décembre 2013. Pour le défenseur Henri Bedimo, la poule du Cameroun (Brésil, Mexique, Croatie) est «très difficile». Pour l’ancien milieu de terrain Yazid Mansouri, l’Algérie, elle, a eu droit à un tirage «correct» avec Belgique, Russie et Corée du Sud. La Côte d’Ivoire (avec Colombie, Grèce et Japon) a connu un sort «favorable» selon le latéral gauche Siaka Tiéné.

Certains ont souri, d’autres ont grimacé. Mais tous sont fixés sur l’identité de leurs adversaires pour la Coupe du monde 2014 de football (12 juin-13 juillet au Brésil). Le tirage au sort a offert des fortunes diverses aux cinq équipes africaines qualifiées.

⇒Revoir le résultat du tirage au sort

La Côte d’Ivoire « avec beaucoup de confiance »

La Côte d’Ivoire n’est sans doute pas la plus malheureuse, ce 6 décembre 2013, selon Siaka Tiéné. « C’est un tirage favorable par rapport aux deux Coupes du monde précédentes, savoure le latéral gauche ivoirien. On avait eu droit à l’Argentine et les Pays-Bas (2006), puis au Brésil et au Portugal (2010). Pour cette troisième Coupe du monde, on croise la Grèce, la Colombie et le Japon ». Gare toutefois à l’excès de confiance selon Siaka Tiéné : « Il ne faut pas négliger ces pays non plus ! […] Toutes les équipes se valent. On pourrait se dire que c’est favorable à la Côte d’Ivoire, mais non ! » Et le joueur de Montpellier de conclure : « Je ne dis pas qu’on passera facilement le premier tour. Mais on abordera cette Coupe du monde avec beaucoup de confiance. »

Un défi « excitant » pour le Cameroun

Côté Camerounais, l’heure n’était pas à la franche rigolade après un tirage qui a placé les Lions indomptables avec le Brésil, la Croatie et le Mexique. « C’est un tirage très très difficile, lance le latéral gauche Henri Bedimo. Un, parce qu’on rencontre le Brésil. Deux, parce que c’est le pays organisateur ». Mais le défenseur est philosophe : « C’est excitant ! Quand on va à la Coupe du monde, autant avoir un groupe comme celui-là. On aura des matches fantastiques. C’est vrai que le Brésil est largement favori. Mais les trois autres équipes sont de niveau homogène. » Il ajoute : « Battre le Mexique et la Croatie, c’est compliqué mais pas infaisable. Je pense que la deuxième place sera largement jouable. »

L’Algérie devra mettre de la « fougue »

Pour l’Algérie, confrontée à la Belgique, la Russie et la Corée du Sud, l’impression est mitigée. « C’est un tirage correct on va dire, ça aurait pu être pire », analyse Yazid Mansouri. L’ex-capitaine des Fennecs poursuit : « On ne peut pas sous-estimer ces adversaires, même si la Belgique est ce qui se fait de mieux actuellement. Donc, avantage pour la Belgique sur le papier. Derrière, tout reste jouable. » Le milieu de terrain a une idée sur ce que les Algériens devront faire pour franchir le premier tour : « L’équipe est très jeune et manque d’expérience. Elle va donc devoir compenser par de la fougue, de l’envie. Bref, tout ce qu’un jeune joueur doit apporter en équipe nationale. »

Propos recueillis par David Kalfa

SOURCE

Kevin-Prince Boateng, milieu de terrain ghanéen :
« Mon frère, c’est reparti. Que la vie est belle ! C’est la preuve que les vœux peuvent encore être exaucés. J’attends avec impatience ce nouveau duel avec mon frère (Jérôme Baoteng qui joue avec l’Allemagne, Ndlr) en Coupe du monde (après un premier duel Allemagne-Ghana lors du Mondial 2010, Ndlr). C’est également génial de jouer contre mon partenaire de club Jermaine Jones (international américain). »

Elderson Echiejile, défenseur nigérian :
« Ce n’est pas un mauvais tirage. Nous espérons prendre un bon départ contre l’Iran. Bien sûr, l’Argentine est l’équipe à battre dans ce groupe. C’est bien de la rencontrer dans notre dernier match de poule, à un moment où nous aurons pris confiance. La Bosnie joue son premier Mondial et l’Iran, c’est l’inconnue. Mais on ne peut pas les écarter car il y a toujours des surprises. »Propos recueillis par l’AFP
Aller en haut