vendredi 30 octobre 2020
Accueil / Finances / Monnaie ouest-africaine/Covid-19 : l’avenir de l’Eco en question

Monnaie ouest-africaine/Covid-19 : l’avenir de l’Eco en question

Monnaie ouest-africaine/Covid-19 : l’avenir de l’Eco en question

L’Éco, la nouvelle monnaie unique ouest-africaine qui devait être lancée en 2020 ne fait plus débat. La crise du coronavirus a notamment eu raison de ce calendrier.

L’Eco devait être lancé en 2020, pour remplacer le franc CFA en Afrique de l’Ouest. A moins de trois mois de la fin de l’année, la future monnaie unique ouest-africaine est au point mort. L’annonce dissonante en 2019 par les chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) de l’implantation de la nouvelle devise dès 2020 semblait déjà irréaliste. En raison de l’inexistence d’une banque centrale, pouvant décider du régime de change, de la fabrication des pièces et billets, de l’adaptation des systèmes informatiques et des administrations. Il a fallu à l’Union européenne (UE) une quinzaine d’années à faire pour lancer l’Euro, sa monnaie unique.

La crise du coronavirus fait partie des raisons de ce calendrier. Il faut y ajouter la confusion et la crise interne créée par le changement annoncé du franc CFA en Eco par les huit pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa), membres de la CEDEAO, francophones, sans la consultation du Nigeria et des pays anglophones de la zone. A l’occasion du sommet de la CEDEAO à Niamey, en septembre dernier, le président nigérien Mahamadou Issoufou a invité ses homologues « à élaborer une nouvelle feuille de route tout en maintenant une approche graduelle pour le lancement de la monnaie commune ».

Yahoo Prao, professeur d’économie à l’université de Bouaké en Côte d’Ivoire, y voit un simple  » report, et une question de volonté politique. Cinq années suffisent pour y arriver, en dépit des discordances » entre les pays, exprimées notamment par le Nigeria, poids lourd de la CEDEAO. En effet, Abuja exige, pour s’engager dans une véritable union monétaire, que les pays de la zone FCFA rompent totalement leurs liens avec la France, pour entreprendre une « réforme ». Les pays de la zone franc redoutent, quant à eux – à tort ou à raison – de tomber dans l’instabilité monétaire que connaissent leurs voisins de la Zone monétaire d’Afrique de l’ouest (ZMAO : Gambie, Ghana, Guinée, Libéria, Nigeria et Sierra Leone ). Chaque pays a sa monnaie.

Pour le Pr Yao Prao,  » c’est une bonne chose pour les pays ouest-africains d’avoir une monnaie unique, cependant il faut avoir un débat sur les critères de convergence (inflation, dette, déficit public) : ne cherchons pas à mimer l’Europe ; la mise en place d’une monnaie unique ne doit pas conduire à une politique d’austérité au détriment de la croissance et de l’emploi ». La crise économique générée par la pandémie de Covid-19, avec une chute de la croissance en Afrique de l’Ouest, a eu raison sur le respect des critères de convergence.

L’économiste et ancien ministre ivoirien Daniel Anikpo pense plutôt que l’Eco « ne va pas se faire », car « il n’y a pas la volonté politique ». Il rappelle que lorsqu’il était ministre en 2000, « on parlait déjà d’un délai de cinq ans. Nous ne pouvons pas attendre pendant mille ans que soient réglées les incompatibilités des uns et des autres « .

mediacongo

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut