Accueil / Finances / Moody’s prédit la baisse des bénéfices des banques nigérianes en 2018

Moody’s prédit la baisse des bénéfices des banques nigérianes en 2018

Moody’s prédit la baisse des bénéfices des banques nigérianes en 2018

L’agence de notation américaine, Moody’s annonce que les bénéfices des banques nigérianes connaitront une régression durant l’année en cours.

Dans son rapport «Perspectives du système bancaire – Nigéria, Moody’s note que malgré la stabilisation du financement des devises et des profils de liquidité des banques, les bénéfices des banques seront sous pression. Les paramètres du capital diminueront aussi légèrement au cours de la période de 12 à 18 mois. De plus, la qualité des actifs restera faible, mais une détérioration supplémentaire de la performance des prêts sera marginale à mesure que les conditions d’exploitation s’amélioreront lentement.

« Les conditions d’exploitation des banques nigérianes continueront à s’améliorer progressivement au cours des 12 à 18 prochains mois, mais elles restent difficiles », a déclaré Akin Majekodunmi, vice-président et directeur principal du crédit chez Moody’s.

« Les perspectives de croissance du Nigeria restent vulnérables aux prix mondiaux du pétrole, le pétrole brut restera le principal produit d’exportation du pays et son principal générateur de devises dans un avenir prévisible » a-t-il indiqué.

Moody’s prévoit une reprise de la croissance du PIB réel au cours des deux prochaines années, en hausse de 0,8% l’an dernier, ce qui a contribué à la croissance des prêts à environ 10% après une contraction de 15,4% en 2017.

Enfin, note le rapport, « la rentabilité des banques nigérianes va néanmoins diminuer en raison de la baisse des rendements des titres d’Etat, ainsi que d’une probable réduction des revenus des produits dérivés. Cependant, ces pressions seront partiellement compensées par une reprise de la croissance des prêts et des revenus de transaction liés à l’expansion des plateformes numériques.

Pendant ce temps, les prêts improductifs et les provisions connexes dans le système bancaire augmenteront marginalement dans une réponse tardive à la croissance économique léthargique de l’année dernière, et Moody’s s’attend à ce qu’ils se situent entre 15,5% et 18% des prêts bruts sur la période.

Amadjiguéne Ndoye

financialafrik

Aller en haut