Accueil / Auto & Transports / Moteurs truqués: Volkswagen indemnisera ses clients américains… Mais pas européens

Moteurs truqués: Volkswagen indemnisera ses clients américains… Mais pas européens

Moteurs truqués: Volkswagen indemnisera ses clients américains… Mais pas européens

Le groupe annonce qu’il ne versera aucun dédommagement aux propriétaires européens de véhicules truqués…

Deux poids, deux mesures ? Si Volkswagen versera à ses clients américains propriétaires d’un véhicule au moteur truqué une compensation de 1.000 dollars, soit environ 940 euros, par voiture, le groupe allemand ne prévoit aucun dédommagement pour ses clients européens. Nothing, walou, zéro.
Le constructeur promet seulement aux Européens de prendre en charge une manœuvre de moins d’une heure afin de remettre aux normes les moteurs de leurs véhicules. Du moins si la KBA, comprenez l’autorité allemande automobile, valide la procédure. Dans ce cas, Volkswagen rappellera les quelque 8 millions de voitures pour les « réparer » au cours de l’année 2016.

Une remise aux normes qui lui coûtera à peine 500 millions d’euros

Mais pourquoi le groupe allemand traite-t-il différemment ses clients américains ? D’abord parce qu’aux Etats-Unis, la législation est plus stricte en termes de plafond d’émissions de NOx. Ensuite, parce que Volkswagen risque outre-Atlantique une très grosse amende… Qu’il espère peut-être voir amoindrie du fait de ce dédommagement.
Résultat : alors que le marché américain recense « seulement » 400.000 voitures truquées, contre 8 millions en Europe, c’est aux Etats-Unis que le risque financier est le plus fort pour le groupe. Et de loin, puisqu’il a provisionné pas moins de 6,5 milliards d’euros pour gérer ce scandale, alors que les « réparations » des véhicules européens lui coûteront à peine 500 millions d’euros, d’après l’expert automobile allemand Ferdinand Dudenhöffer.
Rappelons que Volkswagen a avoué en septembre que les moteurs diesel de 11 millions de ses voitures dans le monde, de marque VW, Audi, Seat et Skoda, étaient équipés d’un logiciel capable de fausser les résultats des tests anti-pollution. Les véhicules émettent de ce fait beaucoup plus d’oxydes d’azote (NOx) qu’autorisé. Les moteurs concernés sont des 1,2, 1,6 et 2 litres.

C.B. avec AFP/20minutes.fr

Aller en haut