Accueil / Finances / Mozambique : le FMI maintient la pression

Mozambique : le FMI maintient la pression

Mozambique : le FMI maintient la pression

Après une brève coupure avec Maputo, le FMI vient de relancer ses visites de travail au Mozambique après qu’une entreprise internationale ait été choisie pour auditer la dette souveraine du pays. Les deux parties pourraient reprendre les négociations lors du premier semestre 2017 sur un redémarrage de l’appui du FMI. Tout le défi pour le Mozambique est de regagner la confiance des investisseurs et bailleurs de fonds internationaux échaudés par la dette cachée et l’explosion du déficit public.

Le Mozambique vient d’accueillir une équipe du FMI pour mesurer les récents développements économiques du pays et pour discuter des politiques à mettre en place pour soutenir la stabilité macro-économique. Cette visite de travail est également l’occasion pour les deux parties de ré-initier les discussions sur un possible soutien du Fonds monétaire international à nouveau programme économique de Maputo.

Un soutien qui reste conditionné par le respect de Maputo des conclusions de l’audit de sa dette souveraine qui a été confié au cabinet américain Kroll. Une structure qui devrait inspecter les comptes d’Ematum, Proindicus et Mozambique Asset Management. Un audit qui vient après la découverte de dettes internationales cachées équivalent à 1,4 milliard de dollars et qui avaient causé le gel de la collaboration entre l’institution de Bretton Woods et Maputo. Les négociations sur une possible reprise de l’appui ne reprendront qu’au premier semestre 2017. En plus du FMI, le Mozambique devra également rassurer les investisseurs étrangers échaudés par la découverte de cette dette et peu convaincus par la politique de restructuration de la dette annoncée par Maputo.

Le pays reste loin d’inspirer confiance aux investisseurs

Pour les experts du FMI, le resserrement de la politique monétaire entamé par le Mozambique depuis octobre dernier a permis au metical, la monnaie mozambicaine, de s’apprécier de 8% par rapport au dollars américain. Une légère hausse qui vient après la dépréciation record de 40% enregistrée lors des neufs derniers mois de l’année. Le déficit extérieur a également enregistré une réduction, grâce à la baisse des importations et certaine stabilité de exportations. La hausse des cours du charbon combiné à reprise du dollar ont par ailleurs, eu un effet bénéfique sur les réserves extérieurs du Maputo. Ce malgré la baisse des investissements étrangers et le gel des contributions des différents bailleurs de fonds.

Il n’empêche que l’économie mozambicaine reste loin d’être sortie d’affaires. En effet, le FMI prévoit une croissance du PIB de 3,4% en 2016 contre 6,6% enregistrés lors de l’exercice précédent. L’institution financière s’attend également à une progression de l’inflation et du déficit public. Maputo vient d’annoncer un budget 2017 comprenant un déficit équivalent au tiers de l’enveloppe globale. Cette situation conjuguée à l’audit en cours a poussé les agences de notation à placer le Mozambique parmi les pays en quasi-défaut.

Amine Ater
la tribune afrique

Aller en haut