Accueil / Développement / Naspers prédit un impact négatif de ses activités en Afrique subsaharienne sur ses…

Naspers prédit un impact négatif de ses activités en Afrique subsaharienne sur ses…

Naspers prédit un impact négatif de ses activités en Afrique subsaharienne sur ses…

Naspers prédit un impact négatif de ses activités en Afrique subsaharienne sur ses performances financières de 2015

Naspers, le groupe sud-africain leader en Afrique dans plusieurs segments des services de communication a averti les investisseurs de ce que ses performances financières de l’exercice 2015 prenant fin au 31 mars prochain, seront impactées par le repli des revenus dans ses marchés en Afrique subsaharienne, où les ménages ont du mal dégager une épargne suffisante pour satisfaire des besoins extra, comme l’accès à la télévision ou aux séries en ligne.

Le groupe basé dans la ville sud-africaine de Cape Town, a effectué une expansion en Afrique subsaharienne (hors Afrique du sud), où il réalise un cinquième de ses ventes avec des offres de télévision par câbles, et y a ajouté des services de vidéos et de séries télévisées à la demande, à travers Netflix ou Showmax. Dans un contexte marqué par le repli des prix des matières premières et son impact négatif sur les taux de change, Naspers n’a pas pu relever les prix, absorbant ainsi les surcoûts générés pour garder sa clientèle.

« Nous essayons de soutenir nos consommateur en ne pas relevant les prix, alors que nous achetons nos contenus sur des marchés comme Hollywood où nous réglons nos factures en dollars US » a fait savoir Bob van Dijk , le directeur général du groupe, selon des propos rapportés par Bloomberg. L’entreprise doit aussi faire face à une concurrence réelle des fournisseurs de contenus informels, qui parviennent, à moindre coûts, a servir des produits adaptés aux portefeuilles des ménages.

Naspers a chuté ce jeudi 24 mars 2016 mais en réalité, le titre reste sur un sentiment positif des investisseurs. Le consensus des investisseurs suivi par l’agence d’informations financières sud-africaine Moneyweb le recommande à l’achat. Après avoir atteint le 16 février 2016 son niveau le plus bas depuis le début de l’année (1692 rands), le titre affiche une plus-value de 30% sur les 90 derniers jours de transaction.

Les analystes prédisent à l’entreprise un chiffre d’affaires de 82,3 milliards de rands (5,4 milliards $) soit une progression de 13% à taux de change constant

Idriss Linge
agenceecofin.com

Aller en haut