Accueil / International / Natacha Valla : “La zone euro a de quoi respirer”

Natacha Valla : “La zone euro a de quoi respirer”

Natacha Valla : “La zone euro a de quoi respirer”

L’entretien : Natacha Valla. La directrice adjointe du CEPII, ancienne directrice de la recherche économique de Goldman Sachs, passe au crible la situation mondiale et ses points noirs, mais apporte aussi une touche d’optimisme : le bas niveau du pétrole et des taux d’intérêt conjugué à l’innovation technologique donnent de vraies raisons d’espérer.

Comment jugez-vous en instantané la situation économique mondiale ?

L’économie mondiale traverse encore une période incertaine, car la croissance des pays émergents a déçu et le monde doit s’habituer à un ralentissement significatif du commerce mondial, qui pourrait bien perdurer. Par ailleurs, la zone euro semble s’enfoncer dans une stagnation prolongée. Il n’est pas impossible d’en sortir, mais les solutions sont entre les mains de ceux qui font la politique économique — les gouvernements et les banques centrales. Il faut à la fois débloquer les freins structurels à la croissance de fond, c’est-à-dire faire des réformes, et soutenir l’activité à court terme car la demande fait défaut. Enfin, le Japon a déçu, et nous attendons encore pour savoir si la politique de M. Abe, les fameuses “trois flèches”, portera ses fruits à la hauteur des espérances.

Il y a pourtant des facteurs d’optimisme importants pour l’économie mondiale : en premier lieu, l’économie américaine confirme chaque jour que la reprise aux États-Unis est bien engagée. Ensuite, les prix du pétrole ont baissé de façon spectaculaire ces derniers mois : sur le seul mois d’octobre, ils ont perdu 10 à 15 % par rapport à leur niveau de la fin de 2013. On estime qu’une baisse de 20 dollars sur le prix du baril est de nature à soutenir la croissance du PIB mondial de l’ordre de 0,5 à 1,2 %, ce qui est considérable. Et il semble que la baisse du pétrole soit là pour durer.

D’où peuvent venir les dangers en 2015 : devises, taux d’intérêt, matières premières, dettes ?

Lire la suite

Par Marie de Greef-Madelin, Frédéric Paya
valeursactuelles.com

Aller en haut