Accueil / Bourse / Nestlé se muscle au premier semestre, innovations en marche

Nestlé se muscle au premier semestre, innovations en marche

Nestlé se muscle au premier semestre, innovations en marche

Nestlé a positivement surpris au premier semestre. Le numéro un mondial de l’alimentaire a enregistré une croissance organique supérieure aux attentes et augmenté son chiffre d’affaires à près de 44 milliards de francs suisses, tout en soignant sa rentabilité. La restructuration et le réexamen des produits sont en bonne voie.

“Nos résultats viennent confirmer que nos initiatives stratégiques et une exécution rigoureuse portent vraiment leurs fruits”, s’est réjoui jeudi le directeur général du groupe veveysan, Mark Schneider. “Nestlé a maintenu la dynamique encourageante de la croissance organique du chiffre d’affaires observée en début d’année.”

Les ventes ont progressé de 2,3% à 43,92 milliards de francs suisses. Le bénéfice net a bondi de 19% à 5,8 milliards de francs suisses, porté notamment par des effets spéciaux, comme des baisses d’impôts et des cessions d’activités.

Chiffre clé, la marge opérationnelle ajustée (résultat opérationnel rapporté au chiffre d’affaires) s’est établie à 16,1%, en hausse bien que légèrement en deçà des prévisions. La croissance organique réelle, soit la hausse des ventes hors acquisitions, s’est montée à 2,5%, pour une croissance organique totale de 2,8% en tenant compte de l’adaptation de prix.

Le résultat opérationnel ajusté a atteint 7,06 milliards, contre 6,82 milliards au 1er semestre 2017.

Les investisseurs ont apprécié. Vers la mi-journée, l’action s’étoffait de 1,8% à 81,36 francs suisses, entraînant l’indice SMI (+1,3%) dans son sillage.

Les programmes d’optimisation devraient avoir des effets positifs au second semestre, a relevé Mark Schneider. Des projets d’innovation sont en cours. Parmi les nouveautés figure une technologie permettant de produire des barres chocolatées Milkybar d’un nouveau genre, contenant 30% de sucre en moins, dans la tendance vers une alimentation plus saine.

Sur les six premiers mois, la grève des camionneurs au Brésil, en mai, a pu être compensée par une croissance organique très solide (4,4%) dans la zone Asie-Pacifique et Afrique. Toutes régions confondues, le groupe a profité d’une accélération des ventes dans la nutrition infantile en particulier.

Les acquisitions et les cessions ont eu un impact net neutre sur le chiffre d’affaires: le rachat d’Atrium Innovation (et autres transactions) a été contrebalancé par des cessions, notamment dans la confiserie aux Etats-Unis.

Le groupe souligne avoir boosté son efficacité opérationnelle et entrepris de réduire ses coûts, des économies cependant tempérées par une hausse du prix des matières premières et des emballages à hauteur de 90 millions de francs suisses.

Restructuration

Pour l’ensemble de l’année, Nestlé s’attend à des coûts de restructuration d’un total de 700 millions de francs suisses. L’entreprise se dit “en bonne voie” pour atteindre ses objectifs de marge en 2020. Les buts pour l’année en cours sont confirmés avec des ventes organiques attendues en hausse de 3%.

Nestlé affirme aussi avoir réalisé “de nouveaux progrès” pour recentrer son portefeuille vers des catégories et des marques à forte croissance et à marges élevées. Le groupe a racheté pour 7,15 milliards de dollars à Starbucks les droits mondiaux de commercialisation et de gastronomie du groupe américain. La transaction devrait être close à fin août et booster le chiffre d’affaires de 2 milliards de francs suisses.

Au chapitre restructuration, le groupe veut réorganiser ses activités dans l’informatique. La mesure pourrait coûter jusqu’à 500 emplois en Suisse ces 15 prochains mois, comme annoncé en mai.

Les analystes semblaient satisfaits des chiffres semestriels. Pour Jefferies, Nestlé a enregistré des résultats meilleurs que prévu au niveau du chiffre d’affaires et du bénéfice par action. La banque souligne aussi l’accélération des affaires en Chine et aux Etats-Unis au second trimestre.

Baader Helvea de son côté relève que la croissance organique prévue sur l’ensemble de l’année est en ligne avec les objectifs pour 2020. La banque souhaite cependant que le groupe crée plus de valeur pour ses actionnaires et prend note de la restructuration en cours.

Plus critique, la Banque cantonale de Zurich (ZKB) estime que Nestlé reste en deçà des attentes en terme notamment d’amélioration de la marge opérationnelle.

A la Bourse, l’action Nestlé a terminé en hausse de 1,85% à 81,38 francs suisses, dans un SMI en progression de 1,33%.

zonebourse

Aller en haut