Accueil / Développement / New African Woman Forum 2016 – L’égalité des sexes, l’indépendance des femmes et …

New African Woman Forum 2016 – L’égalité des sexes, l’indépendance des femmes et …

New African Woman Forum 2016 – L’égalité des sexes, l’indépendance des femmes et …
La ministre ghanéenne des Affaires étrangères, Hanna Tetteh, prend la parole lors de la discussion sur la manière dont les femmes africaines transforment l’avenir. Les autres membres du panel de gauche à droite sont : Mareme Mbaye Ndiaye – DG d’Ecobank Rwanda ; Bineta Diop – envoyée spéciale de la Commission de l’Union africaine pour les femmes, la paix et la sécurité ; et Razia Khan – économiste en chef Afrique à Standard Chartered Bank

New African Woman Forum 2016 – L’égalité des sexes, l’indépendance des femmes et la création d’entreprises par les femmes ont fait partie des thèmes abordés lors du New African Woman 2016

New African Woman le magazine de la femme africaine, a organisé, les 10 et 11 mars 2016, un Forum à Londres pour discuter de plusieurs questions vitales concernant les femmes africaines.

Parmi les participants et invités d’honneur figuraient l’ancienne Présidente du Malawi Joyce Banda ; la ministre ghanéenne des Affaires étrangères Hannah Tetteh ; le conseiller spécial du chef de l’État en matière de lutte contre les violences sexuelles et le recrutement d’enfants en RD Congo Jeanine Mabunda Lioko et l’ancienne ministre et membre de la société civile nigériane Oby Ezekwesili. Le Forum a été l’occasion de récompenser les femmes africaines les plus influentes du continent.

L’ancienne Présidente du Malawi, Joyce Banda, a considéré que la participation des femmes à la stratégie du continent était une « obligation absolue » et a condamné le système de croyance traditionnel qui empêche les femmes de jouer le rôle de citoyens actifs et de leaders. « Nous devons renforcer le mouvement des femmes. Nous devons encourager et soutenir les femmes quand nous accédons à des postes de pouvoir. Nous devons prendre conscience que la violence faite aux femmes dans la politique inquiète de plus en plus la communauté internationale. C’est la raison pour laquelle l’ancienne secrétaire d’État américaine Madeleine Albright, actuellement présidente du NDI, a lancé une campagne pour faire cesser la violence contre les femmes en politique le 17 mars à l’ONU lors de la Commission de la condition de la femme (CSW) ».

Le Forum est parvenu à la conclusion que la question de l’égalité des sexes était autant l’affaire des hommes que celle des femmes. Si les hommes ne s’impliquent pas, la situation ne changera pas. Évoquant son propre parcours, la ministre ghanéenne des Affaires étrangères a mentionné l’influence que son père avait eue sur sa carrière. Elle a également insisté sur le rôle qu’avaient joué les deux Présidents John Atta Mills et John Mahama en lui confiant des postes ministériels et en prenant position pour elle dans un secteur dominé par les hommes. Les hommes jouent donc un rôle essentiel dans l’accès des femmes au pouvoir.

Oby Ezekwesili, Former Vice-President of the World Bank’s Africa division and co-founder of the missing Chibok Girls campaign #bringbackourgirls, joined by SABMiller Europe MD Sue Clark

Oby Ezekwesili, Former Vice-President of the World Bank’s Africa division and co-founder of the missing Chibok Girls campaign #bringbackourgirls, joined by SABMiller Europe MD Sue Clark

L’éducation a été l’un des thèmes les plus discutés lors du Forum. Pour que l’Afrique puisse atteindre les objectifs de l’Agenda 2063, l’indépendance économique des femmes doit faire de grands progrès. C’est en investissant dans l’éducation des filles que la situation évoluera. L’animatrice Moky Makura de la Gates Foundation a souligné le fait que l’éducation était une question de survie en Afrique, étant donné que les statistiques indiquent que les enfants de moins de cinq ans ont plus de chances de survie si leur mère a suivi des études secondaires.

D’autre part, les médias devraient accorder davantage de place aux femmes. Aujourd’hui, les hommes occupent trop de postes de direction dans les médias et la technologie. Il est impératif d’éliminer la programmation d’émissions sexistes et, pour cela, les femmes doivent participer davantage aux décisions dans les grands groupes médiatiques en Afrique. Elles doivent également être plus présentes dans le développement des nouvelles technologies afin de participer davantage à leur expansion et à leur influence.

Il a été reconnu que les femmes chefs d’entreprise ont plus de difficultés que les hommes à accéder aux services financiers. Mais cela ne constitue pas l’unique obstacle à l’entreprenariat. Les femmes doivent s’encourager et se soutenir davantage sur le lieu de travail. Olajumoke Adenewo, lauréate du Trophée New African Women in Business 2016 a expliqué qu’il était important de créer des emplois pour les femmes et les jeunes afin de générer une croissance inclusive. « Un leader est une personne qui a une voix et peut se faire entendre. Les femmes ont besoin d’entendre qu’elles peuvent y arriver », a-t-elle précisé.

Des femmes africaines de talent ont raconté leur parcours, non seulement pour mieux faire connaître le travail qu’elles ont accompli afin d’améliorer la vie de leurs communautés, mais aussi pour inciter les générations futures à reproduire des approches novatrices qui feront progresser la société. « La nouvelle femme africaine peut réussir toute seule, le succès ne dépend que de soi », a conclu Hannah Tetteh.

Distribué par African Media Agency (AMA) pour le New African Woman Forum Awards.

Note aux rédacteurs

New African Woman Forum et Trophées:
La première édition du New African Woman Forum et Trophées s’est déroulée à Londres les 10 et 11 mars 2016. Elle a réuni plus de 150 femmes influentes qui ont abordé des questions essentielles liées au statut des femmes sur le continent. ELLES ont établi un plan d’action dans le but d’atteindre les objectifs de l’Agenda 2063 de l’Union africaine. Les Trophées ont rendu hommage aux femmes qui ont réussi sur le continent et dans la diaspora.

Contact :
Audrey Mpunzwana
a.mpunzwana@icpublications.com

Aller en haut