Accueil / Tic & Telecoms / Nigeria : Airtel et Econet enterrent la hache de guerre

Nigeria : Airtel et Econet enterrent la hache de guerre

Nigeria : Airtel et Econet enterrent la hache de guerre

Le groupe indien Bharti Airtel, le zimbabwéen Econet Wireless et le koweïtien Zain ont conclu une série d’accords mettant un terme à cinq ans de procédures judiciaires et arbitrales.

C’est la fin du conflit autour d’Airtel Networks Limited, la filiale nigériane du conglomérat indien Bharti Airtel, numéro 3 du marché local avec 33,68 millions de clients (22,8 %).

Le numéro 2 des télécoms en Afrique (80,6 millions d’abonnés et 4 milliards de dollars de revenus à travers 17 pays) a annoncé le jeudi 03 novembre un accord avec le koweïtien Zain, en vertu duquel ce dernier lui versera environ 129 millions de dollars « pour le règlement de toutes les créances d’Airtel, de certaines questions fiscales et des frais juridiques connexes ».

Cette somme vient indemniser Airtel pour les procédures ayant suivi le rachat en 2010 au groupe koweïtien Zain de ses filiales africaines pour un moment total de près de 10 milliards de dollars.

Actionnariat

Concrètement, les 129 millions de dollars versés par Zain à Airtel interviennent au titre du remboursement des frais de litige consécutifs à la réclamation du groupe Econet Wireless. Ce dernier fondé par le millionnaire zimbabwéen Strive Masiyiwa revendiquait 5 % d’Airtel Networks Limited. Il arguait que son droit de pré-emption en tant qu’actionnaire avait été violé.

Créée en décembre 2000, sous le nom d’Econet Wireless Nigeria, la filiale nigériane d’Econet Wireless a connu pas moins de quatre actionnaires majoritaires entre 2004 et 2010, passant entre les mains du sud-africain Vodacom (filiale du britannique Vodafone), de Vee Networks (un conglomérat d’investisseurs nigérians) et de Celtel du tycoon soudanais Mo Ibrahim. Econet Wireless Nigeria avait enfin été racheté en 2008 par Zain, qui a cédé deux ans plus tard l’essentiel de ses actifs africains à Airtel…

 

>>Lire l’article complet sur jeuneafrique

Aller en haut