Accueil / Mines & Energies / Nigéria : après les NDA, un nouveau groupe armé émerge et veut « paralyser l’industrie pétrolière »

Nigéria : après les NDA, un nouveau groupe armé émerge et veut « paralyser l’industrie pétrolière »

Nigéria : après les NDA, un nouveau groupe armé émerge et veut « paralyser l’industrie pétrolière »

Asawana Deadly Force of Niger Delta (ADFND), c’est le nom du tout nouveau groupe de militants armés du delta du Niger qui a émergé.

Dans une déclaration publiée jeudi, son chef, le commandant Olomubini Kakarakokoro, alias No Mercy, a déclaré que le groupe envisage de paralyser l’industrie pétrolière dans les 9 Etats du delta, à moins qu’Abuja ne lui accorde, avant les 2 prochains jours, de constituer la République du Delta du Niger. « Si le gouvernement ne coopère pas, nous allons procéder au bombardement des champs Bonga et Asaba. Ensuite, nous allons bombarder le pont Onitsha bridge, le troisième pont de Mainland et d’autres grands ponts de la partie australe du pays, et ce ne sera que pour un début », a expliqué le chef de militants.

Ces menaces sont brandies après que les NDA et le gouvernement ont décidé de passer à la table des négociations pour permettre la reprise de la production dans de la zone qui fournit la quasi-totalité de la production du pays. Ces menaces pourraient être mises à exécution car le groupe voudra se faire prendre au sérieux par les autorités nigérianes.

Voici les points saillants de la déclaration du groupe:

« Le gouvernement fédéral devrait, de toute urgence, retirer tous les points de contrôle militaires des zones riveraines du Delta du Niger (…). Nous sommes le plus redoutable, le plus mortel et le plus dangereux des groupes armés du delta du Niger. Notre équipe est composée de spécialistes dans différents domaines de la guerre, et nous sommes en passe de remporter la lutte pour une république du delta du Niger. Nous ne nous battons pas pour l’argent ou pour la soi-disant allocation mensuelle de 65 000 nairas et nous nous moquons de cette affaire d’amnistie. Notre lutte est pour la libération et le développement de la région du Delta du Niger(…) Nous mettons donc en garde tous les autres groupes ou personnes qui entretiennent des dialogues avec le gouvernement fédéral. Qu’ils sachent qu’ils ne le font pas pour nous. Nous allons faire descendre la production à 0 baril, quel que soit le niveau de la présence militaire dans la région. Le gouvernement fédéral va entendre parler de nous ».

Pour le gouvernement, Asawana Deadly Force of Niger Delta représente un obstacle de plus qu’il faudra éliminer pour que la production pétrolière atteigne son niveau normal.

Olivier de Souza
agenceecofin.com

Aller en haut