Accueil / Mines & Energies / Nigéria : la chasse aux fraudeurs continue, le magnat du pétrole Jide Omokore…

Nigéria : la chasse aux fraudeurs continue, le magnat du pétrole Jide Omokore…

Nigéria : la chasse aux fraudeurs continue, le magnat du pétrole Jide Omokore…

Nigéria : la chasse aux fraudeurs continue, le magnat du pétrole Jide Omokore mis aux arrêts

Au Nigéria, la commission des crimes économiques et financiers (EFCC) a ordonné l’arrestation de Jide Omokore, président d’Atlantic Energy Drilling Ltd et proche de l’ancien président Goodluck Jonathan.

Selon Premium Times, cette arrestation est en lien avec un scandale de détournement de plusieurs milliards de dollars lié à la production, l’exportation et l’importation de brut durant la présidence de Goodluck Jonathan.

En effet, en 2011, alors qu’Atlantic Energy Drilling venait tout juste d’être créée, elle a bénéficié de plusieurs millions de dollars d’actifs publics de la part de l’administration Jonathan sans aucune procédure régulière. Elle a ensuite reçu des participations majoritaires (55%) dans deux blocs pétroliers lucratifs (OML 30 et 34) pour un peu plus de 50 millions de dollars chacun sans produire la moindre goutte de pétrole. Dans le même temps, Shell y détenait une participation de 45%, adjugée à 1,3 milliard pour un seul champ et, ce, après un appel d’offres ouvert et concurrentiel.

L’accord a été signé avec l’ex-ministre du pétrole, Diezani Alison-Madueke, qui a d’ailleurs été interpellée à Londres, en octobre 2015, pour des faits de corruption dans le secteur pétrolier.

Selon des sources proches du dossier, Omokore, aurait fait des révélations susceptibles de faire tomber des têtes, prochainement.

En fin décembre 2015, le président nigérian, Muhammadu Buhari, avait déclaré détenir des preuves de nombreuses malversations dans l’industrie pétrolière et avait annoncé que des caciques du précédent régime pourraient être bientôt inquiétés. La lutte contre la corruption est le thème de campagne qui a valu son élection, à cet ancien général, en mars 2015.

Olivier de Souza
agenceecofin.com

Aller en haut