Accueil / Tic & Telecoms / Nigeria: Les opérateurs télécoms présentent leur secteur comme la solution aux déboires du pétrole

Nigeria: Les opérateurs télécoms présentent leur secteur comme la solution aux déboires du pétrole

Nigeria: Les opérateurs télécoms présentent leur secteur comme la solution aux déboires du pétrole

Les opérateurs de télécommunications opérant au Nigeria, réunis au sein de l’Association des sociétés de télécommunications du Nigeria (ATCON), se sont présentés au gouvernement fédéral comme la solution à la crise financière dans laquelle la chute des cours du pétrole a conduit le pays. Lors de l’édition 2016 de la conférence internationale d’exhibition technologique du Nigeria (NITEC), tenue la semaine dernière à Lagos, Olusola Teniola (photo), le président de l’ATCON, a interpellé l’Etat sur l’urgence d’une diversification de l’économie. Il a souligné qu’un investissement de qualité dans les TIC et Télécoms permettrait au pays, à long terme, de rompre sa dépendance économique au pétrole.

Pour le président de l’ATCON, dont les propos sont rapportés par le journal This Day, « il est surprenant que le gouvernement fédéral ne donne pas la priorité au secteur des TIC lors de la planification, en dépit de ses énormes contributions au produit intérieur brut (PIB). Si plus de 70% des composantes TIC demeurent importés de l’étranger, le secteur aura plus tard du mal à survivre sans le soutien du gouvernement (…) Pour endiguer le déséquilibre dans l’offre et la demande de devises étrangères, ce que le gouvernement fédéral doit prendre en compte, c’est l’encouragement à la création d’entreprises qui fabriquent ces composantes ou les assemblent au Nigeria avec des incitations à l’investissement. Le gouvernement doit également parrainer davantage les parcs TIC dans le pays ».

Au-delà du financement, il faut également des politiques appropriées pour booster le développement du secteur national des TIC et Télécoms pour qu’il crée suffisamment de richesse pour le pays, estime Olusola Teniola. Dans le cas contraire, l’actuelle crise mondiale du pétrole, qui prendra un certain temps à s’estomper, risque d’obliger le pays à recourir à de nouveaux emprunts pour financer son budget.

agenceecofin.com

Aller en haut