Accueil / Finances / Nigéria : l’United bank of Africa traverse la crise sans encombre

Nigéria : l’United bank of Africa traverse la crise sans encombre

Nigéria : l’United bank of Africa traverse la crise sans encombre

Comme le prouvent ses résultats cumulés au 30 juin dernier, l’United Bank of Africa semble avoir le vent en poupe. Présente dans 19 pays,la banque nigériane revendique une hausse tous azimuts, notamment dans ses activités panafricaines qui ont contribué à hauteur de 32% dans ses bénéfices.

L’United Bank of Africa (UBA) vient de publier ses résultats issus de ses opérations à l’échelle du Continent. Au premier semestre de cette année, les bénéfices de la banque se sont ainsi établis à 611 millions de dollars, pour un net de 118 millions de dollars. Selon le management d’UBA, ses filiales continentales ont contribué à hauteur de 32% des bénéfices enregistrés au cours de ce premier semestre 2017. La banque a par ailleurs enregistré une progression de 34,5% lors de la première période, avec des revenus qui sont passés de 454 millions de dollars lors de la même période en 2016 à 611 millions de dollars, au premier semestre 2017.

Les revenus d’intérêts de l’UBA se sont également améliorés lors de la même période passant de 294 millions de dollars en 2016 à 426 millions de dollars en 2017. Un résultat positif qui a permis au revenu net d’intérêts de croître de 58%, passant de 176 millions de dollars en 2016 à 277 millions de dollars en 2017. Des résultats positifs qui contrastent avec la situation économique nigériane marquée par une dévaluation du naira et de l’inflation à deux chiffres.

Des résultats à contre-courant de la tendance

L’UBA a également dû faire face à des turbulences économiques dans les différents pays où elle est implantée. Ce qui ne l’a pas empêché de gérer efficacement ses lignes de coûts de manière à réaliser un bénéfice avant impôt de 158 millions de dollars, soit une croissance de 65,5% par rapport aux 95 millions de dollars enregistrés à fin juin 2016. Le bénéfice après impôt s’est de son côté établi à 116 millions de dollars en 2017, contre 74 millions de dollars en 2016, soit une hausse de 56,2%.

L’UBA a ainsi clôturé le premier semestre 2017 avec un actif total de 3,69 trillions de nairas, en hausse de 5,3% par rapport à la même période de 2016, là où les prêts bruts s’élèvent à 1,6 trillion de nairas, en hausse de 4% par rapport à 2016. Le management de la banque justifie cette embellie par l’application d’une stratégie axée sur les services et la gestion de la trésorerie, tout en renforçant l’approche basée sur les transactions bancaires visant à «approfondir l’inclusion financière en Afrique subsaharienne». La bonne santé des filiales africaines du groupe qui ont contribué à hauteur de 32% aux bénéfices du groupe s’explique en partie par les offres numériques déployées depuis 2016 et qui ont permis à l’UBA de gagner des parts de marché dans les 19 pays où la banque est active.

Amine Ater
la tribune afrique

Aller en haut