Accueil / Tic & Telecoms / Nintendo perce dans les jeux smartphones, son action s’envole en Bourse

Nintendo perce dans les jeux smartphones, son action s’envole en Bourse

Nintendo perce dans les jeux smartphones, son action s’envole en Bourse

Le premier jeu pour smartphone lancé par la marque japonaise a été téléchargé un million de fois en trois jours. Miitomo est un réseau social animé gratuit, avec des options payantes. L’action Nintendo a flambé de 8% à la Bourse de Tokyo.

L’action du géant japonais des jeux vidéo Nintendo gagnait 8% mardi à la Bourse de Tokyo grâce au succès de sa première vraie application pour mobiles, Miitomo, qui a déjà séduit plus d’un million d’utilisateurs.

Deux heures après le début des échanges, le titre prenait 8,35% à 16.540 yens, dans un marché en hausse de 2%.

Un succès fulgurant

Le nombre de téléchargements sur les plateformes dédiées de Google et Apple a dépassé le million en trois jours, s’est félicité Nintendo sur le compte Twitter officiel de Miitomo. Le logiciel, lancé jeudi dernier au Japon, doit sortir d’ici à la fin du mois dans un total de 16 pays en 8 langues.

C’est un virage stratégique de taille pour Nintendo, jusqu’à présent focalisé sur les seuls jeux pour consoles et très réticent à entrer sur le marché des divertissements sur mobiles. Face à la concurrence, le groupe s’est cependant résolu à franchir le pas et prévoit de lancer quatre autres applications d’ici à mars 2017, en partenariat avec DeNA, agrégateur japonais de contenus pour mobiles, dont le titre s’envolait dans la matinée de près de 7%.

Miitomo, réseau social ludique, propose à l’utilisateur de répondre aux questions de son avatar, sur ses goûts culinaires, ses activités favorites… Lequel va s’empresser d’aller tout répéter à ses amis, eux-mêmes avatars volubiles d’amis réels du joueur.

Jeu gratuit mais avec options payantes

L’application, gratuite au départ, incite ensuite à acheter des compléments, par exemple pour vêtir son double virtuel.

Nintendo cherche à retrouver un second souffle, ses ventes souffrant d’un manque de nouveautés. La firme de Kyoto a récemment abaissé ses prévisions de résultats pour l’exercice en cours (clos fin mars): il s’attend désormais à un bénéfice net de seulement 17 milliards de yens (136 millions d’euros), deux fois inférieur à l’estimation antérieure.

latribune.fr

Aller en haut