mercredi 02 décembre 2020
Accueil / Finances / Notation : Bloomfield maintient inchangée la note A+ de NSIA Banque Côte d’Ivoire

Notation : Bloomfield maintient inchangée la note A+ de NSIA Banque Côte d’Ivoire

Notation : Bloomfield maintient inchangée la note A+ de NSIA Banque Côte d’Ivoire

Bloomfield Investment Corporation a maintenu inchangée la note « A+ avec une perspective stable » qui avait été décernée à NSIA Banque Côte d’Ivoire, ont annoncé les dirigeants de cette agence de notation basée à Abidjan.

Cette structure a également maintenu inchangée la notation de court terme « A1 avec une perspective stable ».

La validité de la notation va du mois d’août 2020 au mois de juillet 2021. Pour justifier sanotation surle long et la perspective qui lui est attachée, Bloomfield évoque la qualité de crédit élevée de la banque, ajoutant que les facteurs de protection sont bons. Cependant, les responsables de l’agence sont d’avis que les facteurs de risques sont plus variables et plus importants en période de pression économique.

Sur le court termela note est justifiée par la certitude de remboursement en temps opportun qui est très élevée. « Les facteurs de liquidité sont forts et soutenus par de bons facteurs de protection des éléments essentiels » souligne Bloomfield qui relève par ailleurs que les facteurs de risque sont mineurs.

Les dirigeants de Bloomfield avancent avoir basé la notation sur quelques facteurs positifs. Ils évoquent ainsi un renforcement de la gouvernance traduit notamment par une approche proactive dans la gestion des risques, un nouveau plan stratégique 2020-2024 reposant sur la digitalisation dans un environnement en mutation, une réorganisation interne, visant à accentuer le développement de la banque de détail ainsi que le portefeuille des PME ou encore la confirmation d’une bonne flexibilité financière et une baisse du coût du risque en 2019.

En revanche, Bloomfield a relevé quelques facteurs de fragilité de la qualité de crédit de NSIA Banque Côte d’Ivoire. Il s’agit  de la persistance de la problématique de collecte de ressources longues, d’une accentuation du coût des ressources interbancaires contrariant l’évolution de la marge d’intérêt, du recul de la performance d’exploitation dans un contexte contraignant et d’une crise sanitaire affectant les performances de la banque à mi-parcours en 2020.

financialafrik

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut