Accueil / Tic & Telecoms / Nutanix : le cloud interne

Nutanix : le cloud interne

Nutanix : le cloud interne

De passage à Paris et quelques heures avant la publication des résultats trimestriels, Sudheesh Nair, président de Nutanix, est revenu sur la genèse de la société, son fonctionnement, ses résultats et sa vision du cloud dans l’entreprise.

Il ne faut surtout pas se fier à son allure si juvénile. Certes, le président de Nutanix est âgé d’à peine 40 ans mais il en paraît 10 de moins. Cela ne l’empêche pourtant pas de présider l’une des entreprises les plus prometteuses dans le domaine des infrastructures, une licorne valorisée plus de 5 milliards de dollars et qui a été la plus grosse introduction en bourse de l’année 2016. Environ 2 mois après son démarrage boursier, le cours se maintient pratiquement à son prix d’introduction, un petit exploit dans le contexte actuel, particulièrement pour une entreprise créée depuis 7 ans (septembre 2009) et qui a commencé la commercialisation de ses produits voici un peu plus de 4 ans.

De l’hyperconvergence au cloud interne

Sudheesh Nair explique que l’entreprise a dès le départ pensé comme une société globale et a cherché à se fondre dans les usages et les coutumes des différents pays dans lesquels elle est implantée. A propos de l’hyperconvergence qui est la marque de fabrique de l’entreprise, M. Nair estime qu’il s’agira d’une commodité dans les deux prochaines années à l’instar de la déduplication ou du provisionning, deux technologies qui ont une dizaine d’années et qui sont désormais intégrées dans l’ensemble des plates-formes. Pour cette raison, Nutanix se présente désormais comme une société qui propose du cloud d’entreprise.

Une transformation globale

Prenant l’exemple de WeBank, une nouvelle banque constituée à partir des données collectées via la messagerie instantanée WeChat, M. Nair précise que l’ensemble des secteurs d’activité vont être chamboulés : la santé, les transports, la banque, hôtellerie: le tout reposant sur une exploitation précise des données clients. Dans ces conditions, le rôle du directeur informatique et de ses équipes doit changer radicalement et le système d’information n’est plus simplement un fournisseur d’infrastructures mais un véritable distributeur de données permettant de proposer de nouveaux services.

Pour expliquer les avantages de Nutanix, Sudheesh Nair indique que le cloud n’est assurément pas une solution universelle, notamment pour une question de coûts. A partir des 5 années qui ont consisté à bâtir les fondations de l’infrastructure hyperconvergée, Nutanix est aujourd’hui en mesure de proposer un cloud d’entreprise, lequel offre souplesse et performances ainsi que l’ouverture vers les clouds publics pour certaines applications. Le plus gros client de l’entreprise est équipé aujourd’hui de 1800 nœuds Nutanix reliés entre eux et des clients comme Toyota ou BestBuy ont plus de 500 nœuds.

Stratégie assumée

La société américaine commercialise ses propres appliances mais a également un accord OEM avec Dell qui distribue ses solutions. Au moment de l’introduction en bourse, voici deux mois, Nutanix indiquait que cela comptait pour 15% de son chiffre d’affaires. Un accord similaire a été signé avec Lenovo mais il est encore trop tôt pour évaluer sa part dans le CA.

Interrogé sur les prix relativement élevés des solutions Nutanix, M. Nair assure qu’il s’agit d’une stratégie assumée, revendiquée par la qualité et les performances des solutions. Il ajoute que le Retour sur investissement est tel que les clients sont globalement très satisfaits. Le président de Nutanix assume également la stratégie financière de l’entreprise, laquelle continue à faire des pertes en raison d’investissements toujours plus importants pour prendre des parts de marché. Il ajoute cependant que le cash flow généré par les opérations est désormais positif depuis deux trimestres et que la croissance va permettre progressivement de renouer avec les bénéfices. Interrogé sur le choix d’une introduction en bourse, Sudheesh Nair indique qu’il s’agissait d’une part d’une forme de validation pour les clients quant à la pérennité de l’entreprise et, d’autre part, d’une nécessité d’acquérir la discipline inhérente à une entreprise cotée.

linformaticien.com

Aller en haut