Accueil / Tic & Telecoms / Olli, le minibus autonome du futur imprimé en 3D

Olli, le minibus autonome du futur imprimé en 3D

Olli, le minibus autonome du futur imprimé en 3D

Le groupe IBM et le fabricant Local Motors ont présenté leur concept Olli, un minibus autonome, capable d’être construit en une journée.

Un véhicule autonome qui pourrait à terme remplacer Uber, les bus, et même notre voiture personnelle. C’est l’ambition d’”Olli”, un minibus dévoilé jeudi dans le Maryland par le groupe informatique IBM et Local Motors, un fabricant de véhicules.

Les caractéristiques de ce véhicule du futur : 12 places assises, une conduite autonome, et la possibilité pour les passagers de “communiquer” avec le minibus via une intelligence artificielle gérée par Watson, le super-ordinateur d’IBM. Concrètement, Watson ne pilote pas directement Olli, mais il permet aux passagers de donner des ordres tels que “Olli, peux-tu m’emmener à cette adresse ?” ou encore “Olli, quand est-ce qu’on arrive ?”. Pour rassurer les passagers, les véhicules sont sous la supervision d’opérateurs.

“Vous les humains, vous ne vous débrouillez pas si bien que ça sur la route”

Local Motors présente d’ailleurs son véhicule dans la vidéo ci-dessous (en anglais).

Elle commence avec une voix off – qui représente Olli – qui assure que “vous les humains, vous ne vous débrouillez pas si bien que ça sur la route. Vous vous rentrez dedans, vous prenez les mêmes routes au même moment et vous polluez”.

Olli se présente donc comme la solution à tous ces problèmes : le véhicule autonome peut opérer comme un service de transport à la demande (comme Uber), comme un transport en commun électrique, mais peut aussi se transformer en salle de réunion mobile qui se déplace pour récupérer tous ceux qui doivent y participer.

Fabrication ultra-rapide

Outre sa mobilité, John Rogers, le fondateur de Local Motors, explique que “le véhicule peut être imprimé en dix heures et assemblé en une heure”. A l’avenir, selon lui, la production d’Olli pourrait donc être réalisée par des centaines de “micro-usines” partout dans le monde.

Le minibus va maintenant être testé autour de Washington dans les prochains mois. Local Motors négocie également pour le faire circuler à Miami et Las Vegas, mais aussi à Berlin, Copenhague ou encore Canberra.

afp/latribune.fr

Aller en haut