Accueil / Portraits / ONU : Vera Songwe, première femme à la tête de la commission économique pour l’Afrique

ONU : Vera Songwe, première femme à la tête de la commission économique pour l’Afrique

ONU : Vera Songwe, première femme à la tête de la commission économique pour l’Afrique

Nomination à l’ONU. La Camerounaise Vera Songwe vient d’être désignée pour remplacer le Bissau-guinéen Carlos Lopez au poste de secrétaire exécutif de la commission économique de l’ONU pour l’Afrique. Une première pour une femme.

La Commission économique de l’ONU pour l’Afrique a un nouveau chef. Et ce n’est autre que la Camerounaise Vera Songwe, désignée par le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, pour remplacer à ce poste le Bissau-guinéen Carlos Lopez, annonce ce jeudi matin un communiqué du porte-parole de M. Guterres relayé par APO. Le fait est historique, car c’est la première fois qu’une femme occupe cette fonction dans l’histoire des Nations Unies.

Près de 20 ans à la Banque mondiale

Qui est donc Vera Songwe ? Née au Cameroun anglophone d’un père médecin, c’est dans la banlieue de Bamenda qu’elle fait ses études primaires et secondaires. Après le baccalauréat, la jeune fille d’alors intègre l’université catholique de Louvain-la-Neuve en Belgique où elle étudiera l’économie mathématique et y finira son cursus avec un doctorat. Après trois années à l’Université du Michigan, elle sera embauchée à la Banque de réserve fédérale de Minneapolis et servira simultanément comme professeur invité à l’Université de Californie du Sud.

Dans les rangs de la Banque mondiale (BM) depuis 1998, elle démarre en tant que jeune cadre dans la Région Asie de l’Est et Pacifique et décroche en 2007 le poste de conseillère de Ngozi Okonjo-Iweala, alors nouvelle directrice générale de l’institution. Quatre ans plus tard, elle est promue directrice des opérations de la BM pour le Sénégal, le Cap-Vert, la Gambie, la Guinée-Bissau et la Mauritanie. Et depuis le 1er juillet 2015, elle était directrice régionale Afrique de l’Ouest et Centrale de la Société financière internationale (SFI), filiale de la Banque mondiale chargée du secteur privé. Sous sa responsabilité, 23 pays au total.

« Great lady »

Parallèlement, l’économiste camerounaise de 42 ans siège également au conseil d’administration de la Fondation Tony Elumelu qui œuvre pour la promotion de l’entrepreneuriat africain. Conférencière, elle est une contributrice privilégiée dans de nombreux événements internationaux touchant à l’Afrique. En 2013, le magazine Forbes l’a classée parmi les « 20 jeunes femmes les plus puissantes d’Afrique », aux côtés notamment de l’entrepreneur angolaise Isabel Dos Santos.

La nomination de Vera Songwe à la tête de la Commission économique pour l’Afrique, on s’en félicite à l’ONU.

Ristel Tchounand
La tribune afrique

Aller en haut