Accueil / Mines & Energies / Or : le monde n’a jamais aussi peu recyclé depuis 2007

Or : le monde n’a jamais aussi peu recyclé depuis 2007

Or : le monde n’a jamais aussi peu recyclé depuis 2007

Les particuliers ­vendent moins leurs bijoux pour du cash.La baisse des cours de l’or joue également.

C’est un signe que l’économie mondiale va mieux. Le recyclage de l’or a nettement baissé l’an dernier. Le métal précieux provenant du recyclage des bijoux, lingots, pièces, ainsi que de produits de l’industrie, a totalisé 1.122 tonnes, révèle le Conseil mondial de l’or dans un rapport publié en collaboration avec le Boston Consulting Group. Le tonnage n’a jamais été aussi faible depuis 2007. L’activité retrouve ainsi ses niveaux d’avant la crise.

Et le Conseil mondial de l’or s’attend à ce qu’elle reste faible cette année et, probablement, à ce qu’elle baisse davantage.

La raison ? Les bijoux, qui représentent l’immense majorité du recyclage, sont moins revendus par des particuliers à court d’argent. Les « ventes en catastrophe » ont fortement reculé, rapportent les experts, qui rappellent que, « lorsque les crises frappent, les gens se tournent vers l’or, un actif liquide qui permet d’obtenir des espèces ».

Selon eux, les chocs économiques peuvent entraîner une hausse de 20 % du recyclage. Cela a été le cas pendant la crise asiatique à la fin des années 1990 ; l’activité a même grimpé de 25 % lors de la dernière crise, en 2008-2009.

Beaucoup de collecteurs-recycleurs d’or ont du mal à se fournir, note en outre Alistair Hewitt, le responsable des analyses de marché au sein du Conseil. Lorsque la crise financière a éclaté, un nouveau genre de collecteurs a émergé dans les pays occidentaux pour récupérer le métal auprès des consommateurs. Un commerce juteux – au départ.

L’exemple de l’américain Cash4Gold.com est frappant : en 2009, ce site Internet spécialisé dans le recyclage de métaux précieux se paye trente secondes de publicité pendant le Super Bowl (à l’époque, le spot coûte environ 3 millions de dollars). Trois ans plus tard, la société fait faillite.
A l’Est, un recyclage différent

Le recul du recyclage d’or au plus bas depuis sept ans s’explique aussi par la forte baisse des cours du métal depuis 2013. Car la corrélation est forte : les variations des volumes recyclés sont en fait dues aux trois quarts aux fluctuations du prix de l’once, indiquent les analystes.

En 1999, époque où l’once valait 250 dollars, le recyclage ne représentait que 17 % de l’offre mondiale (le reste provenant de la production minière). Dix ans plus tard, l’once dépassait pour la première fois les 1.000 dollars et ce taux grimpait à 42 %, un record (26 % aujourd’hui).

Ramené à tout l’or jamais sorti de terre – et qui existe toujours sous une forme ou une autre –, soit 176.000 tonnes d’après Thomson Reuters GFMS, le métal qui est recyclé chaque année représente moins de 1 %. Et cette proportion pourrait encore se rétrécir à mesure que le « centre de gravité » de l’or recyclable se déplace d’ouest en est.

L’Inde et la Chine comptent à présent pour 60 % de la demande mondiale de bijoux en or, contre 28 % il y a dix ans. Le secteur du recyclage est amené à s’y développer. Mais le rapport à l’or n’est pas le même qu’en Occident.

En Inde, le premier acheteur d’or au monde, crise ou pas crise, jusqu’à présent le taux de recyclage n’a presque pas varié. Il ne dépasse pas… 0,5 % des réserves d’or du pays.

Muryel Jacque
lesechos.fr

Aller en haut