Accueil / Mines & Energies / Or : le métal jaune plonge de 4,5% sur la semaine !

Or : le métal jaune plonge de 4,5% sur la semaine !

Or : le métal jaune plonge de 4,5% sur la semaine !

L’année avait pourtant si bien commencé pour l’or ! Début juillet, l’once de métal jaune se hissait au plus haut depuis plus de deux ans, à près de 1.370$ l’once, et affichait une hausse de 28% depuis le 1er janvier. Mais depuis son pic de l’été, l’or a reperdu environ 8%, dont 4,5% sur les 5 dernières séances. Il s’agit de sa plus forte baisse hebdomadaire depuis le début de l’année. Vendredi, l’once d’or a ainsi fini à 1.259,30$ (+0,4%) contre 1.317$ vendredi dernier (contrat à terme de décembre sur le marché américain Comex).

L’accès de faiblesse des derniers jours coïncide avec le rebond du dollar, lui-même lié à une hausse des probabilités d’une hausse des taux de la Réserve fédérale américaine avant la fin de l’année, sans doute en décembre. En outre, des rumeurs (démenties officiellement) d’un projet de réduction progressive des achats d’actifs de la BCE ont aussi donné le sentiment que le mouvement de baisse des taux pourrait toucher à sa fin dans le monde.

Une opportunité d’achat stratégique ?

Pour autant, pour de nombreux stratégistes financiers, l’or mérite plus que jamais de figurer dans les portefeuilles des investisseurs, en tant que valeur-refuge, en raison des nombreuses incertitudes pesant sur l’économie mondiale (ralentissement en Chine, Brexit, montée des protectionnismes, marges de manoeuvre de banques centrales désormais limitées…)

Vendredi, les analystes de la banque d’affaires américaine Goldman Sachs, estimaient ainsi que la récente baisse pourrait devenir une bonne occasion d’achat, à condition toutefois que le métal jaune passe “nettement en dessous des 1.250$ l’once”, ce qui n’est pas encore le cas. L’objectif de fin d’année de Goldman Sachs reste fixé à 1.280$, puis celui de juin 2017 est à 1.250$, ce qui reflète une opinion relativement neutre sur la “relique barbare”.

“Nous considérons qu’une baisse nettement sous les 1.250$ l’once serait une opportunité d’achat stratégique, étant donné d’une part que les risques d’un net ralentissement de la croissance mondiale persistent et d’autre part que les marchés continueront de s’inquiéter de la capacité des politiques monétaires à répondre à un choc potentiel sur la croissance”, écrivent les analystes de “GS” dans une étude publiée vendredi.

La banque estime donc que l’or offre aux investisseurs une double protection contre les chocs macro-économiques et l’essoufflement des banques centrales. Depuis la crise des crédits “subprimes” de 2008, les principales banques centrales ont mené des politiques ultra-accommodantes, rachetant des milliards de milliards de dollars d’actifs, en faisant tourner la planche à billets.

L’or, couverture contre le risque d’éclatement de bulles spéculatives

Ces politiques monétaires non conventionnelles, menées depuis 8 ans pour raviver la croissance mondiale, ont poussé les taux d’intérêts à des niveaux historiquement bas, voire négatifs sur de nombreuses échéances. Dans ces conditions, bon nombre d’investisseurs estiment que des bulles spéculatives ont été créées sur les marchés du crédit, de l’immobilier et des actions, avec un risque de déclencher une nouvelle crise financière mondiale. En cas d’éclatement de ces bulles, peu d’actifs seraient épargnés par la tourmente, et l’or apparaîtrait comme la valeur-refuge par excellence.

A noter que la récente correction du cours de l’or semble essentiellement liée à des ajustements de positions sur les produits dérivés de l’or, comme les ETF (fonds cotés indexés sur l’or) ou les contrats à terme, et non sur l’or physique sous-jacent. La baisse “ne semble pas liée à des ventes d’or physique par les ETF”, notent les experts de Goldman Sachs. Ils jugent probable que la demande de parts d’ETF et de lingots d’or “devrait rester intacte” d’ici à la fin 2016, l’or restant considéré comme une “couverture stratégique” face aux risques macro-économiques mondiaux.

Victoria Adam / Boursier.com

Aller en haut