jeudi 26 novembre 2020
Accueil / Tic & Telecoms / Orange lance Djoliba, le premier réseau panafricain de fibres optiques

Orange lance Djoliba, le premier réseau panafricain de fibres optiques

Orange lance Djoliba, le premier réseau panafricain de fibres optiques

L’opérateur télécoms Orange a procédé au lancement de son premier réseau panafricain de fibres optiques baptisé Djoliba, mardi 10 novembre au cours d’une conférence de presse en ligne.

Avec plus de 10.000 km de câbles sous-marins et 16 points de présence technique, Djoliba est le premier réseau panafricain de la région occidentale du continent. Il s’étend dans un premier temps sur six pays dont la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, le Mali et le Sénégal, le Ghana et le Nigeria, auxquels seront rajoutés la Guinée et le Libéria.

« Le projet Djoliba que je suis fier de vous présenter aujourd’hui permettra de renforcer encore une fois nos ambitions sur la région ; ce nouveau réseau international s’inscrit au cœur de notre stratégie Engage 2025, dont l’Afrique est un levier de croissance centrale », a déclaré Stéphane Richard, Président-Directeur général du Groupe Orange.

Des réflexions sont en cours pour déployer cette infrastructure d’une architecture particulière dans toutes les filiales du groupe Orange en Afrique de l’Ouest. L’objectif étant d’avoir le réseau le plus étendu du continent, a révélé Alioune Ndiaye, Directeur Général Orange Middle East and Africa.

Estimé selon lui à « quelques centaines de millions d’euros », Djoliba est une solution de connectivité innovante. Il permet un réseau unique sans couture, offrant de meilleures qualités de connexion et de services « jamais égalées dans la sous-région ».

Ce qui est important pour le développement des clusters comme Orange Côte d’Ivoire et Sonatel, ce pourquoi le groupe Orange travaille depuis plusieurs années et investit massivement 1 milliard d’euros en Afrique chaque année.

Améliorer la connectivité

Selon Alioune Ndiaye, la connectivité haut débit est un véritable accélérateur pour les pays africains. Cependant, les inégalités entre Etats et même à l’intérieur de certains Etats restent importantes. Dans ce contexte, où la croissance des usages 4G et bientôt 5G va nécessiter des infrastructures internationales, Orange veut être un acteur majeur de ces réseaux, tout en tirant partie de toutes les mutualisations possibles.

« Djoliba est un élément clé de la croissance future et de l’amélioration de la connexion internet dans la région pour apporter une meilleure qualité de service avec une connexion sans couture », a réitéré monsieur Alioune Ndiaye.

Djoliba sera exploité par la nouvelle filiale Orange International Networks, Infrastructures & Services (OINIS), basée à Dakar. Selon Aminata Dramé, CEO OINIS Afrique, cette exploitation va bénéficier de l’expertise du groupe Orange ; elle se fera au plus près des clients, « localement », par une équipe composée d’une dizaine d’experts.

« Cela rentre dans le cadre de la stratégie d’Orange, de développer des compétences locales, avec des équipes proches en termes d’intervention et de supervision », a-t-elle affirmé.

Tous les acteurs de la connectivité en Afrique de l’Ouest seront ciblés lors de la commercialisation de Djoliba. Opérateurs télécoms, fournisseurs d’accès internet, fournisseurs de contenu, fournisseurs spécialisés dans la revente de connectivité… c’est tout l’écosystème numérique de la région qui bénéficiera du réseau.

Directeur général Orange Côte d’Ivoire, Bamba Mamadou se réjouit du renforcement de la connectivité entre plusieurs capitales, « avec une garantie de sécurité plus avancée ».

« Ce réseau est une réelle innovation en termes qualité de service mais surtout de simplicité de connexion entre deux capitales », a-t-il dit. Avant de préciser que Djoliba va assurer un meilleur positionnement sur le marché du B2B.

Djoliba, un guichet unique

« C’est une infrastructure qui va remodeler le paysage des télécommunications en Afrique de l’ouest », a ajouté Sékou Dramé, Directeur Général de la Sonatel. Se félicitant du choix de Dakar comme lieu d’implantation de l’équipe en charge de l’exploitation de Djoliba. Une infrastructure qui permettra à chaque pays d’être interconnecté par plusieurs routes. Deux datacenters distincts seront installés dans chaque capitale pour une meilleure redondance des filiales enclavées. Sans compter les accès aux câbles sous-marins pour les pays de l’hinterland.

Rappelons que l’opérateur Orange fait partie du consortium 2Africa composé notamment de Facebook qui finance la construction du plus long câble sous-marin du monde : 37.000 km. Cette infrastructure fera le tour de l’Afrique, sa mise en service est prévue en 2023-2024. En 2019, Orange a signé un partenariat avec MainOne pour créer deux stations d’atterrissement au Sénégal et en Côte d’Ivoire. Ces extensions de câbles permettront aux deux pays de bénéficier d’une meilleure connectivité, de prix plus abordables et d’accéder à de nouveaux services.

Quant à Djoliba, il se présente comme un guichet unique pour accéder à huit pays d’Afrique de l’Ouest, à travers une seule offre, plus fiable grâce à une supervision unifiée.

« Nous sommes les premiers à offrir ce type de services ouverts à tous les acteurs ; c’est un bien partagé pour le développement de la connectivité dans tous les pays d’Afrique de l’ouest », s’est félicité Jérôme Barré, CEO Orange Wholesale & International Networks.

cio-mag

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut