Accueil / Tic & Telecoms / Orange voit son intérêt dans la fin du roaming

Orange voit son intérêt dans la fin du roaming

Orange voit son intérêt dans la fin du roaming

Le PDG de l’opérateur télécom français, Stéphane Richard, a estimé que la fin des surcoûts pour les appels, SMS et échanges de données depuis l’étranger, était “un bon calcul économique”.

Non, la fin du roaming ne plombera pas les marges des opérateurs. Il va lui ouvrir de nouveaux marchés, a estimé le PDG d’Orange, Stéphane Richard, ce mercredi. Le dirigeant de l’ex-France Telecom s’est réjoui de la fin des frais d’itinérance en Europe dès juin 2017, “un bon calcul économique” pour les opérateurs de téléphonie mobile selon lui.

“Les opérateurs n’ont pas été bons, nous aurions dû nous occuper de ce problème avant”, a reconnu Stéphane Richard mercredi sur France Inter. “Si on supprime le roaming, les gens s’en servent davantage, c’est un bon calcul économique”, a précisé le patron de l’opérateur français. “On a eu trop en tête les revenus à court terme. On joue le jeu à fond, au bout du compte, tout le monde s’y retrouvera”.

Plus de frais dès l’été 2017

Le Parlement européen a définitivement voté mardi la fin des frais d’itinérance, ou roaming, à partir du 15 juin 2017. Concrètement, à cette date, les utilisateurs de mobile en Europe ne paieront plus de frais supplémentaires pour utiliser leur téléphone portable dans d’autres pays européens que le leur.

Le patron du groupe a également confirmé l’intention de créer une banque “digitale et mobile” appuyée sur le paiement par portable: “Le paiement par portable est une brique (technologique). On s’intéresse à l’usage de bout en bout, avec le smartphone”, a expliqué le PDG.

En ce qui concerne le plan d’actions numérique franco-allemand, lancé mardi à l’Elysée, Stéphane Richard a regretté la division du marché européen: “La fragmentation de l’Europe est un problème, il faut effacer les frontières, avec un seul régulateur”, a précisé le PDG.

Stéphane Richard a signé mardi avec Maurice Lévy, PDG de Publicis et Gerhard Cromme, président de Siemens, un accord portant sur le lancement d’un nouveau fonds d’investissement destiné au numérique, doté de 500 millions d’euros.

Par N.G. avec AFP/bfmtv.com

Aller en haut