Accueil / Développement / Outsourcing : Intelcia met le cap sur de nouveaux gisements de croissance

Outsourcing : Intelcia met le cap sur de nouveaux gisements de croissance

Outsourcing : Intelcia met le cap sur de nouveaux gisements de croissance

Intelcia, spécialisée dans les métiers de la relation client, vient de présenter, le 26 janvier 2016 à Casablanca au Maroc, son bilan, sa stratégie de développement et ses investissements prévus sur 2016-2017. Implantée en France, au Maroc et au Cameroun, la société opère un virage sur l’offshore subsaharien.

L’outsourceur Intelcia figure parmi les 10 premiers acteurs dans le monde francophone. Ayant connu une croissance quasi continue depuis sa création en 2000, le groupe a revendiqué un chiffre d’affaires de 60 millions d’euros sur 2015 et vise les 100 millions d’euros à fin 2016, soit plus d’un milliard de DH. Karim Bernoussi, PDG du groupe Intelcia, l’a confirmé, au cours de la conférence de presse organisée à Casablanca, le 26 janvier 2016. Après un rapide rappel de l’historique de la compagnie marocaine, une des rares à acquérir des parts, voire des sociétés entières en France, notamment Eurocall en 2010 et MarktinGroup en 2011, il a indiqué des investissements de 18 millions de DH sur un nouveau site au Cameroun.

Aujourd’hui, la stratégie d’Intelcia consiste à renforcer son dispositif francophone, en se maintenant en France (Dreux, Lyon, Marseille, …), se renforçant au Maroc et investissant l’offshore, afin d’entrer sur de nouveaux bassins d’emplois complémentaires, notamment en Afrique au sud du Sahara.


 

Créateur de classes moyennes


 

Au Maroc, outre les 3 sites opérationnels au Casanearshore Parc (Casablanca), et les 2 autres à El-Jadida, 2 nouveaux centres seront ouverts à Rabat, générant ainsi des centaines d’emplois. Pour le président-directeur général du groupe, Intelcia reste un fervent promoteur de l’employabilité, s’impliquant dans la promotion des potentiels et des talents. Pour illustrer son propos, il a fait allusion à un acteur créateur d’une classe moyenne dans les villes où il s’installe. Il n’a pas non plus omis de revenir sur le programme gratuit «Cycle Hotliners» pour former 220 jeunes aux métiers du support technique avec à la clé un taux d’insertion en CDI de 70% au sein d’Intelcia. A cela s’ajoute l’accord historique signé avec l’Anapec (Agence pour l’emploi), visant le recrutement de 2 500 collaborateurs au Maroc, à l’horizon 2017.

En France aussi, c’est la même démarche de promotion de l’emploi et d’insertion de personnes éloignées du monde du travail ou appartenant à des zones défavorisées qui est pratiquée. A la ville de Dreux, Intelcia n’est autre que le premier employeur sur un site où collabore plus de 400 personnes.

En mettant le cap sur l’Afrique, ce spécialiste des métiers de l’externalisation consolide son offre francophone, après ses centres onshore en France et nearshore au Maroc. Dès le mois de février 2016, le centre Douala au Cameroun (500 personnes d’ici début 2017), premier site en Afrique sub-saharienne, sera opérationnel.

Vu le ralentissement du bassin d’emplois au Maroc, la concurrence très agressive de pays, tels que la Tunisie ou le Sénégal, le groupe envisage, via des partenariats locaux, des implantations en Afrique au sud du Sahara, une zone où les coûts sont compétitifs et la maîtrise du français y est réelle.

La suite à lire dans le prochain numéro du magazine Les Afriques

Daouda MBaye, rédacteur en chef
lesafriques.com

Aller en haut