Accueil / Développement / Oxfam : les agricultrices sous-financées pour faire face au changement climatique

Oxfam : les agricultrices sous-financées pour faire face au changement climatique

Oxfam : les agricultrices sous-financées pour faire face au changement climatique

L’organisation caritative Oxfam a déclaré mardi que les agricultrices ne reçoivent pas assez d’argent pour l’adaptation au changement climatique.

Rashmi Mistry, directrice de la campagne “Grow” d’Oxfam, s’est exprimée sur ce sujet lors de l’atelier préparatoire de la pré-COP 23 du parlement africain avec l’Alliance panafricaine pour la justice climatique.

Ce constat a été dressé après analyse des politiques agricoles et investissements publics en Ethiopie, au Ghana, au Nigeria, aux Philippines et en Tanzanie, a fait savoir Oxfam.

“Le changement climatique n’est pas une menace lointaine. Il est ici et met des vies en danger. Les gouvernements ne respectent pas leurs promesses de donner plus de ressources aux fermiers”, a expliqué Mme Mistry.

“Les femmes sur les lignes de front du changement climatique ne peuvent pas continuer à lutter en attendant que l’argent tombe. Investir directement dans les agricultrices non seulement les aide elles et leurs familles, mais cela renforce également la sécurité alimentaire de toutes les communautés”, a souligné l’experte.

D’après Oxfam, il est difficile de savoir combien d’argent reçoivent les femmes, surtout celles qui sont menacées par le changement climatique.

Oxfam a appelé les Africains à respecter la Déclaration de Maputo signée par les pays africains en 2014 dans laquelle ils se sont engagés à consacrer 10% de leurs dépenses au développement de l’agriculture.

Mme Mistry a également appelé les pays en voie de développement à augmenter les financements, surtout ceux dédiés aux agricultrices, expliquant que les politiques discriminatoires actuelles font que les agricultrices produisent de 20% à 30% de moins que les agriculteurs.

JOHANNESBURG, 24 octobre (Xinhua)

Aller en haut