Accueil / Finances / Paiements : BPCE teste le code de sécurité dynamique sur ses cartes

Paiements : BPCE teste le code de sécurité dynamique sur ses cartes

Paiements : BPCE teste le code de sécurité dynamique sur ses cartes

Le groupe va expérimenter une solution de Oberthur Technologies de cryptogramme dynamique qui permet de faire évoluer en permanence le code à trois chiffres au dos de la carte bancaire afin de juguler la fraude sur les ventes à distance.

Le Groupement Cartes Bancaires avait donné jusqu’à la fin de l’année aux banques pour adopter une solution capable de juguler les transactions frauduleuses sur les paiements à distance qui représentent près de deux tiers de la fraude à la carte bancaire. Dans ce contexte, le groupe BPCE a choisi d’expérimenter à partir de septembre 2015 la solution inédite d’ Oberthur Technologies baptisée « Motion Code » .

Le spécialiste de la sécurisation des données mobiles substitue un mini-écran digital au code de sécurité à trois chiffres (le CVV) derrière la carte bancaire. Cet écran affiche aussi trois chiffres mais de façon dynamique afin qu’ils changent régulièrement (toutes les heures par exemple). De sorte que la fraude sur Internet, essentiellement fondée sur l’usurpation de ce code jusqu’ici fixe, sera touchée en plein cœur. « La solution est d’autant plus intéressante qu’elle ne modifie en rien les usages traditionnels de la carte pour le consommateur et le commerçant », souligne Nicolas Chatillon, directeur du développement-fonctions transverses du groupe BPCE.

D’autres pilotes dans les prochains mois

Un millier de clients de quatre caisses (Banques Populaires Rives de Paris, les Caisses d’Epargne Normandie, Auvergne Limousin et Bourgogne-Franche Comté) éprouveront durant six mois le CVV dynamique afin de définir le délai de changement de ce code, sa robustesse, son efficacité et son modèle économique. Pour Oberthur Technologies, le développement de cette technologie a en effet constitué l’un des investissements les plus lourds de son histoire. Mais la société compte en massifier l’usage pour abaisser les coûts de production. « Notre outil industriel a été pensé pour produire une dizaine de millions de cartes », précise Eric Duforest, managing director de l’activité paiements chez Oberthur Technologies. La société promet déjà de nouveaux pilotes avec d’autres banques dans les prochains mois en France mais aussi dans le reste du monde.

Ninon RENAUD
lesechos.fr

Aller en haut