Accueil / Bourse / Paris en quête de tendance après Wall Street

Paris en quête de tendance après Wall Street

Paris en quête de tendance après Wall Street

La Bourse de Paris restait indécise (-0,09%) mardi après une ouverture en baisse de Wall Street alors que les investisseurs américains, de retour d’un week-end prolongé, réagissaient aux derniers développements géopolitiques liés à la Corée du Nord.

A 15H51 (13H51 GMT), l’indice reculait de 4,35 points à 5.099,62 points, dans un volume d’échanges de 1,2 milliard d’euros. La veille, il avait fini en baisse de 0,38%.

Après une ouverture stable, la cote Parisienne a timidement progressé au cours de la matinée, avant d’être rattrapée par la fébrilité à l’approche de l’ouverture de Wall Street et de rester indécise ensuite.

Les opérateurs de marché américains, absents depuis vendredi en raison d’un jour férié lundi aux Etats-Unis, n’avaient pas encore eu l’occasion de réagir à l’essai nord-coréen du week-end.

Après ce dernier, le plus puissant jamais réalisé par Pyongyang, les États-Unis, avec leurs alliés européens et japonais, ont annoncé lundi négocier de nouvelles sanctions sévères de l’ONU contre la Corée du Nord. Mais la position de Pékin et Moscou, dotés d’un droit de veto, reste incertaine.

Les marchés actions en Europe ont dans un premier temps rebondi mardi matin même si les tensions restent élevées en Corée du Nord, a observé David Madden, un analyste de CMC Markets.

“Nous avons déjà observé ce scénario où les tensions montent et les actions chutent puis en l’absence de nouveaux développements, les actions rebondissent”, a-t-il poursuivi.

Les investisseurs avaient en outre les yeux “déjà tournés vers la réunion de la banque centrale européenne (BCE) de jeudi”, ont relevé dans une note les experts de Mirabaud Securities Genève.

Sur le front des indicateurs, l’activité dans le secteur des services en Chine a connu un net sursaut en août, se reprenant après l’essoufflement des mois précédents. Les commandes industrielles en juillet aux Etats-Unis sont également à l’agenda.

Côté valeurs, les titres liés au secteur de l’énergie étaient bien orientés sur fond de nette remontée des cours du brut, à l’image de Vallourec (+6,56% à 4,47 euros), GTT (+2,23% à 43,54 euros) ou encore Rexel (+4,50% à 13,48 euros) et EDF (+3,95% à 9,38 euros).

Europacorp souffrait (-8,93% à 2,55 euros) de l’annonce du départ d’Edouard de Vésinne, directeur général délégué de la société de production de Luc Besson, en situation difficile après les chiffres décevants aux États-Unis du film “Valérian et la Cité des mille planètes”.

Cellectis était pour sa part pénalisé (-25,82% à 19,91 euros) par la suspension de deux études cliniques qu’elle venait de lancer cet été aux États-Unis pour tester un traitement de thérapie cellulaire innovant contre des leucémies, mais dont l’un des patients est décédé.

Schneider Electric se stabilisait (+0,03% à 68,91 euros) après l’annonce de la prise de contrôle de l’éditeur de logiciels industriels britannique Aveva.

Carrefour refluait (-0,30% à 16,48 euros) après l’abaissement de sa recommandation à “sous performer” par Credit Suisse.

Maisons du Monde bénéficiait pour sa part (+3,22% à 35,41 euros) du début de suivi de son titre avec la recommandation “acheter” par Berenberg.

jra/ef/Az
romandie

Aller en haut