Accueil / Tic & Telecoms / Patrick Drahi cherche un financement pour acheter Time Warner Cable

Patrick Drahi cherche un financement pour acheter Time Warner Cable

Patrick Drahi cherche un financement pour acheter Time Warner Cable

Le groupe dirigé par l’homme d’affaires Patrick Drahi serait en discussions avec plusieurs banques afin de trouver les moyens de s’offrir le deuxième câblo-opérateur américain, selon plusieurs sources.

L’information déjà rapportée par le Wall Street Journal le 19 mai semble se confirmer. Le groupe Altice, qui vient d’annoncer l’acquisition de 70% du câblo-opérateur américain Suddenlink Communications, discuterait actuellement avec plusieurs banques du financement d’une offre d’achat sur le numéro deux du secteur aux Etats-Unis, Time Warner Cable, rapporte vendredi 22 mai l’agence de presse Reuters citant plusieurs sources.

Parmi les banques contactées figureraient notamment JPMorgan Chase & Co, Nomura, BNP Paribas , Société générale, Barclays et Royal Bank of Canada, est-il précisé. Le montant du financement n’aurait pas encore été déterminé mais le financement pourrait inclure une émission obligataire à haut rendement en dollars ainsi que des prêts bancaires.

Les discussions étant confidentielles, les sources cités ont requis l’anonymat, note Reuters, ajoutant que le groupe dirigé par l’homme d’affaire Patrick Drahi ainsi que des porte-parole des banques citées ont refusé tout commentaire ou n’ont pas répondu dans l’immédiat aux sollicitations de l’agence.

Charter Communications en lice

Time Warner Cable (TWC) intéresse également son compatriote Charter Communications avec lequel, selon le Wall Street Journal, il aurait engagé des discussions sur une offre de rachat. Le prix pourrait être supérieur à celui de 170 dollars par action attendu par certains analystes.

Le premier cablo-opérateur américain Comcast a pour sa part renoncé le mois dernier à racheter TWC pour 45,2 milliards de dollars, le projet se heurtant à l’opposition des autorités américaines de la concurrence.

(Avec Reuters)
latribune.fr

Aller en haut