Accueil / Bourse / Pause sur les Bourses européennes, Trump au coeur des interrogations

Pause sur les Bourses européennes, Trump au coeur des interrogations

Pause sur les Bourses européennes, Trump au coeur des interrogations

PARIS (awp/afp) – Les Bourses européennes ont terminé mercredi sur une note maussade, les investisseurs s’interrogeant sur le programme économique de Donald Trump.

En outre, des indicateurs quelque peu décevants aux Etats-Unis ont poussé les marchés à marquer le pas.

“Le récent mouvement de hausse dans la foulée de la victoire inattendue de Donald Trump à la présidence fait une pause”, ont résumé les analystes de la maison de courtage Charles Schwab dans une note.

“Les effets du bon accueil fait à la victoire à la présidence de Donald Trump se dissipent un peu, car il y a des doutes sur sa capacité à mettre en place ses promesses” économiques, observe auprès de l’AFP Daniel Larrouturou, directeur général délégué de Diamant Bleu Gestion.

Côté indicateurs, les Etats-Unis ont fait état d’une stabilité des prix à la production en octobre et surtout d’une stagnation inattendue de la production industrielle au cours du même mois.

L’Eurostoxx 50 a lâché 0,77%.

La Bourse de Paris a fini en recul de 0,78%, l’indice CAC 40 cédant 35,39 points à 4.501,14 points, dans un volume d’échanges modéré de 3,2 milliards d’euros.

Bouygues (+2,65% à 30,96 euros) a été dopé par une publication bien accueillie de sa filiale Bouygues Telecom.

Le secteur financier a fini dans le rouge, à l’image de Société Générale (-1,17% à 40,00 euros), Crédit Agricole (-0,87% à 10,79 euros), BNP Paribas (-2,36% à 54,18 euros), Axa (-1,51% à 22,22 euros) et Natixis (-1,67% à 4,60 euros).

Schneider Electric (-2,93% à 61,95 euros) a reculé après la cession de près de 700 millions d’euros d’actions du groupe par Crédit Agricole et la banque publique Bpifrance.

A Londres, l’indice FTSE-100 a terminé en baisse de 0,63%, déprimé par le repli des secteurs de la construction et de l’immobilier sur fond d’incertitudes liées au Brexit.

Il a perdu 43,02 points à 6.749,72 points.

Dans la construction, Barratt Developments (-2,77% à 469,50 pence) a fait état de conséquences néfastes du Brexit sur l’activité à Londres. Dans la foulée, Persimmon a cédé 1,61% à 1.710 pence et Taylor Wimpey 0,60% à 148,50 pence.

Les deux principaux promoteurs immobiliers ont aussi connu une mauvaise journée: British Land (-2,31% à 592,50 pence) et Land Securities (-1,50% à 987 pence).

Les bancaires n’ont pas été épargnées: Barclays a cédé 1,09% à 209,60 pence, HSBC 1,52% à 628,60 pence, Lloyds 1,61% à 60,41 pence et RBS 1,93% à 208,40 pence.

La Bourse de Francfort a reculé, l’indice Dax perdant 0,66% à 10.663,87 points, et le MDax des valeurs moyennes 0,62% à 20.463,43 points.

Le Dax a été tiré à la baisse par Bayer (-4,19%, à 90,81 euros), qui a émis pour quatre milliards d’euros d’obligations convertibles pour financer le rachat de l’américain Monsanto.

Lufthansa a été également pénalisé (-4,17%, à 12,65 euros), par l’appel à la grève de ses pilotes.

Parmi les valeurs dans le vert, l’éditeur de logiciels SAP a pris 1,04%, à 76,76 euros, suivi par le fabricant de semi-conducteurs Infineon (+0,85%, à 15,95 euros) et l’équipementier automobile Continental (+0,63, à 168,95 euros).

Sur le MDax, Leoni s’est écroulé de 11,50%, à 32,21 euros et le groupe de prêt-à-porter Hugo Boss a dévissé de 10,19%, à 54,75 euros.

A la Bourse suisse, l’indice SMI a fini quasi inchangé à 7.914,02 points (+0,06%).

Actelion a fait un bond de 6,83% à 157,90 CHF, porté par l’engouement pour les valeurs pharmaceutiques après l’élection de Donald Trump. Novartis a progressé de 0,70% à 72,20 CHF.

Les bancaires ont été irrégulières: Julius Baer a gagné 0,73% à 43,93 CHF, alors que Credit Suisse (-2,31% à 14,36 CHF) et UBS (-1,11% à 15,99 CHF) se sont repliées.

Parmi les perdants du jour figure LafargeHolcim (-3,38% à 54,35 CHF) qui a annoncé une augmentation de sa participation dans deux sociétés indiennes, Ambuja Cement et ACC, ce qui va peser sur son endettement.

L’indice AEX de la Bourse d’Amsterdam a clôturé en baisse de 0,20% à 449,66 points.

A la baisse, la banque ABN Amro a perdu 4,13% à 20,90 euros, après une nouvelle réduction d’effectifs de 1.500 équivalents temps plein, et ING a chuté de 1,91% à 12,87 euros.

A la hausse, l’éditeur RELX Group a pris 4,40% à 14,71 euros et le groupe d’édition professionnelle Wolters Kluwer 3,95% à 32,67 euros.

A Bruxelles, l’indice BEL 20 a lâché 0,58% à 3.466,27 points.

Le groupe de technologies Galapagos a enregistré la plus forte hausse: +1,62% à 55,84 euros.

Parmi les valeurs dans le rouge, le bancassureur KBC perd 3,08% à 55,15 euros.

A Madrid, l’indice Ibex-35 a baissé de 0,56% à 8.638,50 points, tirée vers le bas par les valeurs bancaires.

CaixaBank a subi le plus fort recul (-2,42% à 2,87 euros). Banco popular a perdu 2,29% à 0,90 euros et Banco Santander 1,08% à 4,32 euros.

L’énergéticien Iberdrola a lâché 1,20%, mais Gas natural est remonté de 0,93% à 17,99 euros.

A Milan, l’indice FTSE Mib a cédé 0,73% à 16.559 points.

La meilleure performance a été réalisée par Fiat Chrysler (+2,18% à 7,03 euros).

Le site de vente de vêtements de luxe Yoox-Net-A-Porter (+1,84% à 24,88 euros) et le géant de la défense et de l’aéronautique Leonardo-Finmeccanica (+1,31% à 12,42 euros) ont fini en hausse.

En queue de peloton, Banca popolare di Milano (BPM) et Banco popolare, qui doivent fusionner prochainement, ont perdu respectivement 4,72% à 0,3391 euro et 4,26% à 2,16 euros.

Toutes les banques étaient à la peine, comme UniCredit (-4,19% à 2,102 euros), Ubi Banca (-3,95% à 2,238 euros) ou BMPS (-2,34% à 0,246 euro).

A Lisbonne, l’indice PSI a reculé de 0,21% à 4.395,09 points, pénalisé par la banque BCP.

BCP a chuté de 3,43% à 1,22 euro, tandis que sa concurrente BPI a progressé de 0,18% à 1,13 euro.

Parmi les perdants figuraient l’électricien Energias de Portugal (-1,42% à 2,65 euros) et le groupe gazier et pétrolier Galp Energia (-0,25% à 12 euros).

A l’inverse, la holding Pharol, issue de la scission de Portugal Telecom, a gagné 4,32% à 0,19 euro.

bur/nas/eb
romandie

Aller en haut