Accueil / Bourse / PayPal compte sur la Bourse pour croître vite

PayPal compte sur la Bourse pour croître vite

PayPal compte sur la Bourse pour croître vite

Le spécialiste des paiements a commencé son parcours boursier avec une valorisation de près de 46,5 milliards de dollars. Le groupe séduit par son potentiel de croissance.

Un nouveau chapitre de l’histoire de PayPal s’est ouvert lundi. Le spécialiste du paiement en ligne a fait son entrée au Nasdaq en tant qu’entité indépendante, finalisant ainsi, après 13 ans de vie commune, sa séparation de la plate-forme de e-commerce Ebay.

Signe des temps, la fille a dépassé la mère : le titre de PayPal gagnait près de 7 % à plus de 42 dollars à l’ouverture de la Bourse tandis que son ancienne maison-mère cédait près de 2 %. Le spécialiste des paiements a ainsi commencé son parcours boursier avec une valorisation de près de 46,5 milliards de dollars, soit 1,4 fois celle de Ebay (34 milliards de dollars). Contrairement au site de vente en ligne qui voit son chiffre d’affaires reculer (–3 % au deuxième trimestre sur un an), la croissance à deux chiffres du spécialiste des paiements fait en effet rêver les investisseurs : avec 169 millions d’utilisateurs de par le monde, à l’origine de 1,1 milliards de dollars de paiement traités au deuxième trimestre, PayPal affiche un volume de transactions en progression de 27 % sur un an. Son chiffre d’affaires représente désormais plus de la moitié de celui de Ebay .

Des géants à affronter

Dan Schulman, PDG monde de PayPal compte bien poursuivre sur cette lancée. « La technologie mobile révolutionne les modes de paiement. [...]. Nous voyons dans notre position de leader et d’entreprise indépendante, une formidable occasion de développer notre notoriété auprès des consommateurs, partenaires et marchands et de façonner l’avenir du secteur », indique-t-il dans un ­communiqué. Alors que chaque client fait en moyenne deux à trois transactions par mois, il compte atteindre ce rythme sur un tempo hebdomadaire. Pour ce faire, PayPal devra affronter d’autres géants comme Apple, Google ou encore le chinois Alibaba sur un terrain tout aussi nouveau pour lui : le paiement en magasin. Dans ce contexte, meilleure sera sa valorisation, plus grande sera sa marge de manœuvre, notamment pour faire des acquisitions, comme celle de Xoom, spécialiste du transfert d’argent, annoncée le 1er juillet.

Ninon Renaud / Chef de service Finance
lesechos.fr

Aller en haut