Accueil / Mines & Energies / Pétrole : la demande mondiale devrait augmenter tandis que la capacité de raffinage devrait chuter

Pétrole : la demande mondiale devrait augmenter tandis que la capacité de raffinage devrait chuter

Pétrole  : la demande mondiale devrait augmenter tandis que la capacité de raffinage devrait chuter
Alors qu’à l’horizon 2030, la demande mondiale de pétrole atteindra 104,4 millions de barils par jour contre un peu moins de 100 millions de barils par jour, le président de l’UNIPEC, Chen Bo, a indiqué que cette augmentation de la demande, sera à l’origine de la chute de la capacité de raffinage dans le monde.

Intervenant à l’occasion de la Conférence annuelle Asie-Pacifique sur le pétrole (APPEC) ce lundi, Chen Bo, le président de l’Unipec, du nom du plus grand raffineur d’Asie, China International United Petroleum & Chemicals Co., Ltd. (SINOPEC), a déclaré que l’amélioration de l’efficacité énergétique et les changements technologiques, y compris la hausse des énergies renouvelables, devraient entraîner un ralentissement de la croissance de la demande mondiale dans les années à venir avant de culminer en 2035.

Cet état de chose, a expliqué le responsable, ralentira la croissance de la capacité mondiale de raffinage du pétrole, qui devrait atteindre 5,6 milliards de tonnes par an en 2035. « Nous pensons que 2018-2035 sera le dernier cycle d’expansion mondiale des capacités de raffinage. Après 2035, il est difficile de voir des projets de raffinage à grande échelle dans la construction, à l’exception de quelques petits projets de mise à niveau et de projets pétrochimiques », a déclaré Chen Bo.

Alors qu’on annonce que la demande mondiale de pétrole pourrait atteindre un sommet de 104,4 millions de barils par jour à l’horizon 2030, contre un peu moins de 100 millions de barils par jour actuellement, Chen a fait remarquer que le passage à des carburants plus propres stimulera également la demande mondiale de gaz naturel liquéfié (GNL), en particulier dans la région Asie-Pacifique, après 2025.

Diversification par rapport aux bruts africains et du Moyen-Orient

Dans son intervention, Chen Bo a également évoqué la question de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, qui n’est pas sans impact sur les pays africains et du Moyen-Orient. Selon lui, l’offre de brut des États-Unis était une nouvelle source importante pour les raffineurs chinois. Cette offre permettait une diversification par rapport aux bruts africains et du Moyen-Orient, a-t-il expliqué. Les tensions commerciales entre les deux pays dureraient « pour le moment et à l’avenir, nous serons actifs dans ce domaine », a ajouté Chen Bo.

La Chine aujourd’hui plus gros importateur d’énergie, a importé des USA au premier semestre de 2018, près de 300.000 barils de pétrole brut par jour et 56 cargaisons de GNL jusqu’en juillet, soit près de 10% des exportations totales de GNL, selon les données officielles. Mais aujourd’hui, malgré les efforts, la plupart des acheteurs chinois restent à l’écart du pétrole américain, car la guerre commerciale ne montre aucun signe de ralentissement. L’Unipec quant à elle, a recommencé ce mois-ci, à charger le brut américain après une interruption de deux mois.

Sylvain Vidzraku

afrique.latribune

Aller en haut