Accueil / Mines & Energies / Pétrole : L’Arabie Saoudite reprend sa place de 1er producteur mondial

Pétrole : L’Arabie Saoudite reprend sa place de 1er producteur mondial

Pétrole : L’Arabie Saoudite reprend sa place de 1er producteur mondial

L’Arabie saoudite est passée à la vitesse supérieure, le Royaume redevenant le 1er producteur de pétrole de la planète, selon le dernier rapport de l’agence internationale de l’énergie (AIE) sur le marché de l’or noir.

Pour rappel, la monarchie du Golfe avait cédé sa 1ère place aux Etats-Unis en 2015, alors en pleine révolution des hydrocarbures de schiste. L’évènement avait fait grand bruit : BP avait estimé à l’époque que c’était la 1ère fois depuis 1975 que la 1ère économie mondiale occupait ce rang. En 2011, les Etats-Unis étaient également devenu le 1er pays producteur de gaz naturel.

Mais la donne sur le marché de l’énergie a profondément changé. Après un pic à 115 dollars en juin 2014, le cours du baril de pétrole WTI est tombé à 27 dollars en janvier dernier, avant de remonter autour de 50 dollars au printemps. Il oscille désormais entre 40 et 50 dollars. Conséquence : de nombreux petits producteurs américains ont ralenti leur production ces derniers mois.

Et depuis mai, Riyad a augmenté sa production de 400 000 barils par jour. Dans le même temps, la production américaine a reculé de 460 000 barils par jour.

L’offre de brut saoudienne a culminé à 10,65 millions de barils par jour en juillet, avant de ralentir légèrement en août (10,60 millions). En moyenne, elle a atteint 10,36 millions de barils par jour lors des huit derniers mois. Soit 200 000 barils en plus que lors de la même période en 2015.

La production américaine a atteint 12,2 millions de barils en août, mais elle comprend le gaz naturel, selon l’AIE. A l’échelle mondiale, la production de pétrole a baissé de 0,3 million de barils par jour en août, pénalisée par les pays non-membres de l’Opep.

A noter que, dans le sillage de l’Arabie saoudite, la production des pays de l’Opep a accéléré pour atteindre 33,47 millions de barils par jour en août. Elle a même atteint un niveau historique au Koweït et aux Emirats arabes unis. L’Iran a également relancé sa production depuis la levée des sanctions pesant sur son économie. Mais celle-ci plafonne depuis trois mois à environ 3,63 millions de barils par jour.

La République islamique résiste à une initiative conjointe de l’Opep et de la Russie annoncée cette année en vue de geler la production au niveau mondial. La raison ? Téhéran souhaite d’abord regagner les parts de marché perdues lorsqu’il subissait les sanctions.

La hausse de la production de Riyad coincïde avec le ralentissement de la demande globale de pétrole et ravive les craintes d’une surproduction. Selon l’AIE, la consommation mondiale d’or noir devrait croître de 1,3 million de barils par jour en 2016, contre une précédente estimation de 1,4 million. Une hausse de la demande de 1,2 million de barils par jour est attendue en 2017.

infomediaire.net

Aller en haut