Accueil / Mines & Energies / Pétrole: L’italienne ENI reprend avec succès ses activités en Tunisie

Pétrole: L’italienne ENI reprend avec succès ses activités en Tunisie

Pétrole: L’italienne ENI reprend avec succès ses activités en Tunisie

La société italienne des hydrocarbures ENI annonce qu’elle vient de réaliser un véritable succès sur son puits de Laarich Est-1, dans l’extrême sud tunisien.

 

 

Selon les estimations préliminaires, le brut coule dans ce puits à un débit de 2000 barils/jour.

Dans un communiqué rendu public, lundi 19 septembre 2016, l’ENI (en italien, Ente Nazionale Idrocarburi) a déclaré que «le puits de Laarich Est-1, dont le premier forage de reconnaissance a démarré en juin, a déjà été relié à la production. Dans le même temps, nos activités de prospection en Tunisie se poursuivent sur d’autres blocs de forages exploratoires identifiés par analyses de données sismiques en 3D.»

La direction de l’ENI précise également, dans cette déclaration, qu’elle garde bien en vue l’aspect d’adaptabilité de ses activités en Tunisie aux évolutions du marché mondial du brut qui a été marqué, ces 2 dernières années, par une chute des prix d’environ 50%.

La compagnie italienne envisage, pourtant, d’«engager à fond tous les moyens dont elle dispose en Tunisie afin d’atteindre un niveau de production à grande échelle –si l’opportunité existe…»

Le puits de Laarich Est-1, se trouvant à 5 km du centre de traitement de la concession Makhrouga-Laarich-Debbech (MLD), a atteint une profondeur de forage finale de plus 4100 mètres avant de découvrir les hydrocarbures –au niveau de couches de grès d’âge silurien et ordovicien.

L’Entreprise tunisienne des activités pétrolières (Etap) et l’ENI détiennent des parts égales dans l’exploitation du permis MLD.

Pour rappel, le parcours de la compagnie italienne en Tunisie remonte au milieu des années ’60 du siècle dernier, c’est-à-dire depuis la découverte des champs pétrolifères d’El-Borma. Aujourd’hui, la part de production de brut de l’ENI en Tunisie est estimée, à 11.000 barils d’équivalent pétrole/jour.

 

Marwan Chahla / kapitalis.com

Aller en haut