Accueil / Auto & Transports / Peugeot 3008 : le caméléon

Peugeot 3008 : le caméléon

Peugeot 3008 : le caméléon

Complètement renouvelé sur le plan technique, redessiné façon baroudeur, le 3008 deuxième du nom doit amplifier le succès de son prédécesseur.

VERDICT CHRONO

Le précédent 3008 a connu un large succès commercial grâce à d’évidentes qualités dynamiques et pratiques en dépit d’un physique généralement jugé plutôt ingrat. Habillé d’une carrosserie au style plus consensuel et doté d’un comportement encore plus tranchant, le nouveau 3008 a tout pour faire au moins aussi bien. Et ce, d’autant plus que son intérieur très innovant n’a pas grand-chose à envier à celui de concurrents généralement qualifiés de « premium ».

LE CONCEPT

PEUGEOT 3008 2016 © tibo PEUGEOT

Le nouveau 3008 sort de sa chrysalide. La ligne toute en rondeurs et quasi monocorps du crossover précédent cède la place à celle plus typée SUV du nouveau modèle, avec un vrai capot entre une calandre et un pare-brise moins inclinés. Peugeot juge indispensable de multiplier ce type de silhouette qui représente une vente sur cinq de voiture neuve dans le monde, mais surtout une sur quatre en Europe et même une sur trois en Chine, où le 3008 sera décliné en version allongée baptisée 4008.

LA TECHNIQUE

PEUGEOT 3008 2016 © tibo PEUGEOT

Allongé de 9 cm (à 4,45 m) et élargi de 7 (à 1,91 m), pour une hauteur quasi inchangée de 1,62 m, le 3008 deuxième du nom roule des mécaniques sur des jantes de 17 à 19 pouces. Son empattement étiré de 6 cm profite à l’habitabilité des passagers arrière dont la banquette présente un dossier suffisamment incliné pour se montrer vraiment confortable sur long trajet. Basé sur la plateforme EMP2 déjà utilisée pour le développement des 308 et des C4Picasso, le nouveau 3008 est plus léger d’une centaine de kilos que le précédent.

PEUGEOT 3008 2016 ©  PEUGEOT

Six mécaniques sont disponibles au lancement. Deux essence : le 3 cylindres turbo 1.2 Puretech 130 et le 4 cylindres 1.6 THP 165 ; quatre diesel : les 4 cylindres turbo 1.6 BlueHDi 100 et 120, et 2.0 BlueHDi 150 et 180. Imposée pour les moteurs de pointe (165 et 180), la boîte automatique 6 rapports co-développée avec le japonais Aisin est proposée en alternative à la boîte manuelle avec le 1.2 THP 130 et le 1.6 BlueHDi 120. Une version dite à « très basse consommation » a aussi été développée sur la base du 1.6 BlueHDi 120. Elle est équipée d’une boîte 6 rapports manuelle à l’étagement allongé et de grandes roues étroites (205/55 R19) chaussées de pneumatiques à ultra basse résistance roulement. Résultat : une consommation officielle de 4,2 l/100 km et donc une émission de CO2 de seulement 100 g/km permettant de contenir la taxe sur les véhicules de société à seulement 200 euros (à 101 g elle aurait été de 404 euros).

PEUGEOT 3008 2016 © tibo PEUGEOT

À ce stade, tous les 3008 se contentent de deux roues motrices – les avant bien sûr -, il faudra attendre 2019 et la version hybride rechargeable à train arrière électrique pour voir un 3008 disposant de 4 roues motrices. En attendant, Peugeot propose le pack Advanced Grip Control, combinant antipatinage optimisé agissant de concert sur la gestion moteur et les freins, et monte pneumatique spécifique à la sculpture plus creusée et lamellisée pour une meilleure adhérence sur sol boueux ou enneigé.

LA VIE À BORD

PEUGEOT 3008 2016 ©  PEUGEOT

L’intérieur du 3008 est spectaculaire avec, dès le premier niveau de finition, un bloc d’instruments numérique personnalisable. Placé en hauteur, il est d’autant plus lisible que le petit volant est ovale (plus large que haut) pour ne pas interférer avec lui. Il est juste un peu dommage à notre avis que le réglage en profondeur de la colonne de direction ne permette pas de rapprocher ledit volant un peu plus du conducteur, dont la position aurait été encore meilleure. L’interface homme-machine est complétée par un écran tactile capacitif de 8 pouces de diagonale trônant sur la console centrale, et dont les principales fonctions (climatisation, navigation, audio, etc.) peuvent être commandées directement via 6 touches « piano » très agréables au toucher. Les matériaux sont d’ailleurs tous d’excellentes factures (tissu, Alcantara ou cuir selon les niveaux de finition ou choix d’option), seul l’assemblage apparaît encore légèrement perfectible à certains endroits. Développé avec Focal, spécialiste français de la Haute Fidélité, le système audio se montre très convaincant. Pour les mélomanes souhaitant en tirer le maximum, un lecteur CD sera bientôt proposé en option.

PEUGEOT 3008 2016 ©  PEUGEOT

La banquette arrière apparaît très confortable, et ce, même pour les grands, grâce à un espace aux jambes généreux. La garde au toit l’est tout autant, à condition de ne pas cocher l’option toit ouvrant. S’il a perdu le hayon en deux parties (l’inférieure articulée en bas) du modèle précédent, le coffre s’avère pratique grâce à un seuil bas et large, tandis que son volume de chargement gagne 90 litres à 520 litres et même jusqu’à 1 580 litres en rabattant la banquette arrière (60/40) qui dégage ainsi un plancher plat jusqu’aux sièges avant.

L’AVIS DU POINT AUTO

PEUGEOT 3008 2016 © tibo PEUGEOT

Le 3008 est très convaincant en action. Et il n’est nullement nécessaire de choisir une motorisation de pointe pour en profiter. Au contraire, sa légèreté lui procure des capacités d’accélération et de reprise qui s’avèrent déjà suffisantes avec un moteur de 120 ou de 130 ch sous le capot, motorisations d’entrée de gamme dont les « petites » roues s’avèrent en outre plus favorables au confort et même au comportement. Mention spéciale dans ce domaine aux roues de 19 pouces étroites (205/55) dont nous disposions sur notre version 1.6 BlueHDi basse consommation. Pesant presque 3 kilos de moins que les 235/50 R19 des versions GT, et 1,5 kg de moins que les 225/55 R18 qui équipaient notre 1.6 THP 165, elles permettent de tirer le meilleur parti de l’amortissement sur mauvais revêtement, et améliore la consistance de la direction, mieux centrée et plus linéaire dans sa réponse que celle des autres versions.

PEUGEOT 3008 2016 © tibo PEUGEOT

Suffisamment vigoureux à bas régime pour ne pas imposer de changements de rapports trop fréquents, le 1.6 BlueHDi 120 se montre tout à fait à la hauteur de la tâche, et vraiment sobre dans le feu de l’action puisqu’il se contente de 6,0 l/100 km en utilisation réelle. Le 1.2 Puretech 130 se montre aussi très à son aise sous le capot du 3008, élastique à bas régime, et brillant au-dessus. Le choix idéal pour les urbains qui préféreront la boîte automatique 6 rapports Aisin très réactive à la boîte manuelle, légèrement accrocheuse à froid. S’ils en ont les moyens, ils pourront même monter en gamme jusqu’au 1.6 THP 165 EAT6 dont le couple supérieur rend la conduite encore plus onctueuse, et ce même sur un filet de gaz.

PEUGEOT 3008 2016 © tibo PEUGEOT

LES PLUS

Les styles extérieur et intérieur

Le compromis confort/comportement

Les motorisations d’entrée de gamme, vivantes et sobres

LES MOINS

Certains détails d’assemblage restent perfectibles

Le confort légèrement dégradé des versions GT

Le confort légèrement dégradé des versions GT

La présence sonore du 2.0 BlueHDi 180

Sous le capot du 3008 1.6 THP 165 & 1.6 BlueHDi 120 :

Moteur : 4 cyl. en ligne turbo essence / 4 cyl. turbo diesel

Cylindrée : 1598 cm3

/ 1560 cm3

Puissance : 165 ch à 6000 tr/min/120 ch à 3500 tr/min

Couple : 240 Nm à 1400 tr/min
/ 300 Nm à 1750 tr/min
Transmission : aux roues

Boîte : automatique 6 rapports/manuelle 6 rapports

Dimensions : 4 447 x 1 841 x 1 620 mm

Coffre : 520 l

Poids : 1300 / 1300 kg

0 à 100 km/h : 8,9 s / 11,2 s

Vitesse : 206 / 189 km/h

Consommation : 5,7 / 3,8 l/100 km

CO2 : 129 / 100 g/km (pas de malus)

Prix : 33 750 / 32 850 €

Site internet : www.peugeot.fr

YVES MAROSELLI / lepoint.fr

Aller en haut