Accueil / Auto & Transports / Peugeot relifte un 2008 sur la défensive en attendant la concurrence

Peugeot relifte un 2008 sur la défensive en attendant la concurrence

Peugeot relifte un 2008 sur la défensive en attendant la concurrence

A Genève, le constructeur automobile français a présenté une nouvelle version de son 2008, un des plus importants succès de la marque ces dernières années. Le modèle reste toutefois numéro trois en Europe et devra bientôt affronter une myriade de modèles concurrents…

C’est l’histoire d’un joli succès que raconte le 2008… En 2015, Peugeot a vendu près de 232.000 exemplaires de ce SUV de segment B (dans le monde, un chiffre en hausse de 13,4% par rapport à l’année précédente. En France, sur ce segment, c’est le deuxième modèle le plus vendu, juste après le Renault Captur. Le 2008 est aussi un produit très rentable. Près de 60% des ventes se font sur les finitions haut-de-gamme, soit un chiffre très élevé. A titre de comparaison, le 208, qui partage la même plateforme, enregistre un mix premium de 40% seulement. Mieux encore, le 2008 a été un important produit de conquête puisqu’il est allé chercher à la concurrence des clients traditionnels du segment C.

Troisième sur le podium européen

Un vrai succès donc, mais qu’il faut nécessairement relativiser. En effet, en Europe, il n’occupe que la troisième place derrière le Renault Captur et l’Opel Mokka (mais avant le Nissan Juke). Pis ! Au niveau mondial, le 2008 s’est moins vendu que le Captur alors qu’il est implanté en Chine, le plus grand marché du monde, pourtant très dynamique sur les SUV, et que le Captur n’y est toujours pas distribué. Ainsi, la marque au losange a vendu 246.000 Captur en 2015 (dont le QM3, nom au donné au modèle en Corée du Sud). Soit une hausse de 25% par rapport à 2014, autrement dit, deux fois la performance du 2008. En résumé, si le 2008 a rencontré un joli succès, il ne s’inscrit pas du tout dans la même dynamique que le Captur.

Peugeot espère toutefois redonner du souffle à son 2008 avec le restylage présenté à Genève début mars. Nathalie Diemert, chef de produit 2008 chez Peugeot, explique que le consommateur a évolué :

“Au lancement du 2008, les consommateurs étaient dans une démarche très fonctionnelle, avec une demande en modularité, et en capacité de chargement, par exemple. (…) Après avoir écouté nos clients, nous avons voulu donner une allure plus baroudeuse et une thématique aventure plus marquée”, explique-t-elle à La Tribune.

Le travail de restylage s’est surtout effectué sur les lignes extérieures : avec la modification des élargisseurs d’aile, la calandre verticale et les sabots pour renforcer l’impression de robustesse et affirmer le look baroudeur du 2008. Quant à l’intérieur de la voiture, les retours des clients étaient très positifs : “C’est un vrai point fort du 2008 que nous avons voulu préserver.”

Mais jamais il n’a été question de rehausser la garde au sol, pourtant très caractéristique des SUV. Avec 16,5 cm de garde au sol, le 2008 reste donc 4 centimètres plus bas qu’un Captur.

Une concurrence qui va vite s’exacerber

Et il y aura bientôt plus que le Captur… car les annonces de produits nouveaux sur ce segment sont pléthore. Audi vient ainsi de présenter son Q2 qui sera commercialisé à la fin de l’année. Pas très inquiétant pour le moment compte tenu de son positionnement premium, tout comme le modèle annoncé de Volvo.

En revanche, l’arrivée annoncée de Seat (probablement en 2017) Skoda et Volkswagen (pas de dates indiquées) sont des menaces à prendre beaucoup plus au sérieux. Le groupe Fiat est également en embuscade. Sans parler des actuels concurrents comme Opel, qui a également profité du salon de Genève pour présenter une nouvelle version de son Mokka, désormais affublé de la lettre X, et de Renault qui entend bien conforter encore son leadership sur le segment…

Ce qui laisse penser que ce restylage du 2008 ne pourrait être que très provisoire en attendant un nouveau produit beaucoup plus offensif. Il ne faudrait pas que l’actuel succès du 2008 repose en partie sur l’absence de concurrents ambitieux…

Nabil Bourassi
latribune.fr

Aller en haut