jeudi 24 septembre 2020
Accueil / Tic & Telecoms / Photo Roulette, l’appli qui cartonne en partageant les photos privées des ados

Photo Roulette, l’appli qui cartonne en partageant les photos privées des ados

Photo Roulette, l’appli qui cartonne en partageant les photos privées des ados

Populaire en France depuis quelques mois, ce «jeu» pioche aléatoirement dans les photographies des smartphones des utilisateurs. Au mépris des données personnelles et de la vie privée.

Une nouvelle application fait fureur dans les smartphones des adolescents. Créée en 2016 par trois Norvégiens, Photo Roulette n’a décollé qu’il y a quelques mois. Aujourd’hui, l’application gratuite a été téléchargée plus de 10 millions de fois à travers le monde, dont 500.000 en France. Aux États-Unis, elle a même occupé plusieurs jours la première place au classement des jeux les plus téléchargés sur l’App Store.

Le principe est simple: le joueur invite jusqu’à 49 amis à joindre la partie, et tous les participants autorisent l’application à accéder à la galerie photos de leur appareil. De manière totalement aléatoire, l’application sélectionne une photo dans l’un des téléphones, et la montre aux autres pendant cinq secondes. Les joueurs doivent alors deviner à quel joueur appartient la photo. Après 15 photos, celui qui en a deviné le plus remporte la partie.

Des situations gênantes

Si les risques potentiels sautent aux yeux des adultes, plus conscients de la nécessité de protéger ses données personnelles, de nombreux adolescents ne voient dans cette application qu’une nouvelle mode, qui leur fait passer le temps de manière amusante. «J’adore cette application, j’y joue souvent avec mes amies, c’est vraiment cool et original!», raconte l’une des utilisatrices au Figaro. Parfois, certains d’entre eux se retrouvent pourtant dans des situations bien embarrassantes.

Grimaces hideuses, captures d’écran de conversations amoureuses, petits secrets en tous genres… Les photos des participants révèlent souvent bien plus sur leur intimité que ce qu’ils pouvaient imaginer. La situation peut même devenir bien plus grave: selon de nombreux témoignages, des photos de personnes dénudées se retrouvent fréquemment sur la plateforme.

Lou, 18 ans, affirme que certaines de ses connaissances se sont déjà retrouvées dans cette situation. «L’application est assez marrante quand on joue avec ses vrais amis, mais ça peut devenir malsain à la fin. Qui a envie de partager toutes les photos de sa pellicule? Il y a des choses secrètes».

L’application est réservée aux joueurs de plus de 16 ans, mais aucune vérification n’est effectuée. © Photo Roulette
L’application est réservée aux joueurs de plus de 16 ans, mais aucune vérification n’est effectuée. © Photo Roulette Photo Roulette

Avant de lancer le jeu, l’application demande aux participants de confirmer qu’ils ont au moins 16 ans et de s’assurer que leur galerie photos «ne contient pas de contenu privé ou d’informations sensibles sur [eux] ou sur d’autres». Mais aucune vérification ne serait effectuée par des modérateurs.

«Photo Roulette a été conçue pour que les gens jouent avec leurs amis proches et leur famille. Nous voulons que tout le monde s’amuse et se sente en sécurité lors des parties. Les joueurs sont informés que toutes les photos de leur galerie peuvent potentiellement être sélectionnées, s’ils ne sont pas à l’aise avec ça, ils ne devraient pas jouer», avancent les créateurs de l’application.

De multiples données siphonnées

Malgré les risques évidents, certains utilisateurs n’hésitent pas à jouer avec des inconnus. Sur Twitter, des joueurs invitent tous ceux qui le souhaitent à rejoindre leur partie. Charlotte, 16 ans fait partie de cette catégorie. «Cela m’arrive de jouer avec des amis d’amis que je ne connais pas. J’espère juste que mes photos ne vont pas se retrouver je ne sais où…».

Charlotte a raison de s’inquiéter, car en lisant les politiques de confidentialité de Photo Roulette, on découvre que les données des utilisateurs sont loin d’être bien protégées. Une fois la partie terminée, les photos partagées sont supprimées des téléphones des autres joueurs (bien que cinq secondes suffisent amplement à réaliser une capture d’écran), mais restent sur les serveurs des développeurs pendant 24h.

Ce n’est pas tout. Photo Roulette collecte les noms, les métadonnées (comme l’année ou le lieu où les photos ont été prises) et des informations provenant des réseaux sociaux. Ces informations peuvent être stockées jusqu’à six mois, et partagées à des tiers. Un business potentiellement juteux pour cette application qui tire ses revenus des options payantes et des publicités diffusées. L’exemple du scandale Cambridge Analytica montre cependant toutes les dérives qu’il peut provoquer.

lefigaro

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut