Accueil / Mines & Energies / Platts : « De nombreux opérateurs ont réduit leurs dépenses d’exploration»

Platts : « De nombreux opérateurs ont réduit leurs dépenses d’exploration»

Platts : « De nombreux opérateurs ont réduit leurs dépenses d’exploration»

Selon les dernières données publiées par S&P Global Platts, la division matière première du groupe McGraw Hill Finance, la maison mère de Standard & Poors, la production pétrolière des pays membres de l’OPEP continue d’augmenter malgré des engagements de réductions pris à Alger. Herman Wang (photo), analyste en chef chez Platts a accepté de commenter cette situation pour l’Agence Ecofin.

Agence Ecofin : Platts annonce une hausse de 0,3% de la production pétrolière par les pays membres de l’OPEP entre septembre et octobre, à 33,5 millions de barils par jours, des chiffres un peu différents de ceux publiés par Reuters, il y a quelques temps. Comment comprendre cette disparité des données ?

Herman Wang : La méthodologie utilisée par Platts n’est pas la même que chez les autres (Reuters notamment) et le public ciblé n’est pas le même. Nous agrégeons six sources de données utilisées par l’OPEP. Selon nos estimations, il ressort de ces données, que la production pétrolière des pays membres de cette organisation a progressé pour la cinquième fois consécutive, avec entre septembre et octobre une augmentation de 300 000 barils par jour.

313 in-

AE : Pourquoi les engagements pris lors de leur rencontre à Alger, de réduire les volumes de pétrole brut produits, ont-ils tant de mal à être respectés ?

HW : Je pense que les pays de l’OPEP cherchent à maximiser leurs productions avant d’être contraints de geler la production dans le cadre de l’accord conclu à Alger. La plupart d’entre eux comptent très fortement sur les recettes pétrolières, et donc ne sont pas disposés à réduire la production jusqu’à ce qu’ils soient forcés de le faire. C’est pourquoi de nombreux observateurs doutent que l’OPEP puisse finaliser de façon crédible son accord de gel de production pétrolière.

AE : Quels sont les différents scénarios, selon vous, alors qu’il y a une réunion de l’organisation annoncée prochainement ?

HW : Je crois que ceux qui ne peuvent pas se permettre de réduire la production ne réduiront pas la production. Ceux qui peuvent se permettre de réduire la production, comme l’Arabie saoudite, ne le feront pas, à moins que d’autres pays ne le fassent avant. C’est le dilemme qu’affronte l’OPEP. Et le marché pétrolier est de plus en plus sceptique sur sa capacité à surmonter ses divergences lors de la prochaine réunion à laquelle vous faites mention et au cours de laquelle elle est sensée finaliser l’accord d’Alger.

AE : Comment, de votre point de vue, le marché pourra-t-il réagir face à cette nouvelle hausse de production annoncée ?

HW : Dans le cadre de ma mission, je ne peux émettre des avis de prévision de marché. Mais je dirais que ce qu’on a pu constater c’est que le marché s’est montré de plus en plus sceptique sur la capacité de l’OPEP d’implémenter le gel de production. Les prix du baril de pétrole sont aujourd’hui inférieurs à ce qu’ils étaient avant la réunion d’Alger. La trajectoire de ces prix dépendra si les nouvelles données font état d’une baisse de la production. L’Agence International de l’Energie et l’OPEP vont produire leurs rapports cette semaine, et les investisseurs vont suivre l’évolution des stocks, de la demande, et de la production des pays non membres de l’OPEP.

AE : Doit-on s’attendre à de nouvelles réductions de dépenses d’exploration dans le secteur, notamment en Afrique ?

HW : Je ne dispose pas de données portant spécifiquement sur l’Afrique, mais de nombreux opérateurs ont réduit leurs dépenses d’exploration dans cette période de prix bas. De nombreux analystes prévoient que les choses ne s’équilibreront pas avant la mi-2017. Personnellement, je ne m’attends pas à ce que les compagnies pétrolières accroissent significativement leurs dépenses d’exploration l’année prochaine, à moins que des signes d’une réduction effective des volumes de production ne soient perceptibles sur le marché, notamment avec une baisse significative des réserves de pétrole bruts.

 Idriss Linge

agence ecofin

Aller en haut