Accueil / Bourse / Plus de 10% d’écart entre Bouygues et Veolia, le match est joué

Plus de 10% d’écart entre Bouygues et Veolia, le match est joué

Plus de 10% d’écart entre Bouygues et Veolia, le match est joué

La Bourse de Paris progresse légèrement en milieu de matinée mais manque cruellement de catalyseur. L’attention se porte dès lors sur les nombreuses publications du jour. Bouygues gagne plus de 5%. Veolia en perd autant.

Le marché a tranché ! Et c’est actuellement Bouygues qui sort grand gagnant du match des publications du jour au sein du Cac 40. L’action du groupe de construction et de télécoms est en tête de l’indice, portée notamment par un beau redressement dans la téléphonie. A l’inverse, Veolia Environnement dégringole après avoir abandonné l’un des objectifs de son plan à 2018.

En revanche, le Cac 40, lui, reste désespérément proche de ses marques de la veille, à l’image des journées précédentes, faute de tendance à Wall Street hier et englué dans les incertitudes qui entourent la présidentielle de début mai. Vers 11h00, l’indice grignote 0,27% à 4.909,05 points dans un volume de l’ordre de 700 millions d’euros.

La politique et le pétrole

Hier, à New York, les grands indices ont terminé non loin de leurs niveaux de la veille. Alors que la Fed s’apprête à relever plutôt rapidement ses taux d’intérêt, Donald Trump a, à l’occasion d’une intervention sur la préparation de la réforme de la santé prévue pour le début du mois de mars, tenu des propos qui peuvent paraître assez éloignés de son approche habituelle, en indiquant qu’il faudra « faire davantage avec moins » compte tenu de la situation des finances publiques et du niveau élevé de la dette.

Si les nouveaux sondages politiques relatifs à la présidentielle française seront encore scrutés avec attention, les indicateurs macroéconomiques pourraient au contraire passer plutôt inaperçus. On attend essentiellement, dans l’après-midi, aux Etats-Unis, les inscriptions hebdomadaires au chômage (consensus : 240.000) puis les stocks hebdomadaires de pétrole du département de l’Energie à 17 heures. Le consensus table sur une hausse de 3,44 millions des unités des stocks de brut, mais une baisse de 1,5 million des barils d’essence et de 1,03 million d’unités des réserves de produits distillés.

Veolia reporte un objectif de son plan

Du côté des nombreuses publications du jour, Veolia Environnement fait donc les frais du report de l’un des objectifs de son plan 2016-2018. Le groupe de services à l’environnement n’atteindra pas les 3,5 milliards d’euros d’excédent brut d’exploitation qu’il visait en 2018. En dehors de l’indice cette fois, Technicolor a revu à la baisse ses ambitions pour 2020. Vallourec est également en forte baisse après ses comptes annuels et alors que son excédent brut d’exploitation restera négatif en 2017.

Dans le secteur des télécoms, Orange a renoué avec la croissance de ses ventes et amélioré une nouvelle fois son résultat d’exploitation grâce à ses activités en Espagne et en Afrique Moyen-Orient. L’opérateur relève logiquement son dividende. Quant à Bouygues, il a certes vu ses ventes reculer en 2016, mais il fait un peu mieux que le consensus et son résultat opérationnel courant a grimpé de près de 20%, au-delà des attentes et le profit net de près de 30%. Une performance qui s’explique par l’amélioration de la rentabilité des activités de construction et, plus encore, de celle de Bouygues Telecom. La plus forte hausse du SRD revient néanmoins à Ipsen après, là aussi, ses résultats annuels

Axa ne rassure pas vraiment

Quant à Peugeot, il a clairement mis le turbo. Le constructeur automobile a non seulement multiplié par deux ses bénéfices en 2016, mais il relève aussi son objectif de marge opérationnelle pour 2016-2018. Il reprend le versement du dividende, une première depuis six ans. Mais l’action réagit assez peu, l’attention du marché étant logiquement portée sur le projet du constructeur de racheter la marque Opel-Vauxhall à l’américain General Motors.

Enfin, on peut dire que l’assureur Axa n’a pas tout à fait rassuré. Certes, il a annoncé des résultats en progression en 2016, soutenus par les activités d’assurance dommages, mais ils sont légèrement inférieurs aux attentes.

 

DL

lesechos

Aller en haut