mardi 20 octobre 2020
Accueil / Développement / Port de Dakar : Le Sénégal tente de se prémunir de tout incident similaire à celui de Beyrouth

Port de Dakar : Le Sénégal tente de se prémunir de tout incident similaire à celui de Beyrouth

Port de Dakar : Le Sénégal tente de se prémunir de tout incident similaire à celui de Beyrouth
Le port de Dakar abrite 2 700 tonnes de nitrate d’ammonium destinées au Mali. Cette substance qui, à quantités quasi-égales, est l’origine du drame de Beyrouth, inquiète les Sénégalais. Alors que les autorités cherchent à s’en débarrasser, le président Macky Sall a instruit des membres du gouvernement pour la mise en œuvre d’un « Plan national de recensement, d’audit et de sécurisation des dépôts de produits chimiques dangereux ».

C’est l’un des sujets qui préoccupent au Sénégal depuis quelques jours : éliminer à tout prix le risque d’explosion ou tout autre incident similaire dû à des produits chimiques. Lors du conseil des ministres de mercredi 19 août, le président Macky Sall est allé plus loin :

« Le Président de la République, sur le climat social, la gestion et le suivi des affaires intérieures, a demandé au Ministre de l’Intérieur, de mettre en œuvre, en rapport avec le Ministre de l’Environnement, un Plan national de recensement, d’audit et de sécurisation des dépôts de produits chimiques dangereux », indique le communiqué publié sur le site web du gouvernement.

Dakar cherche à se débarrasser de 2 700 tonnes de nitrate d’ammonium destinées au Mali

Si le Secrétariat général du gouvernement ne le dit pas explicitement dans sa note, l’instruction de Macky Sall est notamment en rapport avec le stockage actuellement dans un entrepôt du port de Dakar de 2 700 tonnes de nitrate d’ammonium, cette substance chimique qui, à quantités quasi-égales, est à l’origine de l’explosion de Beyrouth, le 4 août dernier, faisant 171 morts, plus de 6 000 blessés et environ 250 000 déplacés.

La confirmation mercredi, par la direction générale du port autonome de Dakar, du stockage de 3050 tonnes de nitrate d’ammonium destinés au Mali et dont 350 tonnes ont déjà été acheminées, a suscité une grande inquiétude. Utilisé dans les engrais et dans l’industrie, le nitrate d’ammonium est un agent explosif puissant. Considérée comme relativement sûre en cas de manipulation correcte, cette substance peut être cependant très dangereuse. Avant le Liban, la Chine, les Etats-Unis, la France, le Belgique et l’Allemagne ont connu des explosions causées par la manipulation du nitrate d’ammonium.

Le Sénégal cherche activement à se débarrasser du stock localisé au port de Dakar. Selon Reuters, le ministère de l’Environnement travaille actuellement avec le propriétaire du stock -dont l’identité n’a pas été révélée- « pour obtenir l’autorisation de retirer d’urgence cette cargaison ». Difficile de savoir si ce stock pourra être acheminé vers le Mali comme initialement prévu. Car, après avoir ordonné à tous les pays de sous-régions la fermeture stricte de toutes leurs frontières avec le voisin malien, la CEDEAO a finalement autorisé jeudi la circulation des « denrées de première nécessité, les médicaments et produits et équipements de lutte contre la Covid-19, les produits pétroliers et l’électricité ». Cette dérogation répondait à un plaidoyer du président Macky Sall. Cependant, le nitrate d’ammonium ne rentre dans une aucune des catégories de produits soumis à la dérogation de la CEDEAO.

afriquelatribune

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut