dimanche 25 août 2019
Accueil / Portraits / Portrait de MO Ibrahim : Un homme d’affaires Afro-optimiste

Portrait de MO Ibrahim : Un homme d’affaires Afro-optimiste

Portrait de MO Ibrahim : Un homme d’affaires Afro-optimiste

Mo Ibrahim est un homme d’affaire soudano-britannique qui a fait fortune dans les Télécommunications. Aujourd’hui sa fortune a été estimée à 2 milliards de Dollars par le Magazine Forbes. Homme très ouvert, il confiait son optimisme pour la jeunesse africaine et pour l’Afrique, lors dans l’émission « Réussite » sur Canal+. Et c’est sans aucun doute guider par cet amour pour le continent qui donne à cet homme les le courage, la motivation pour travailler encore plus.

A 69 ans l’on peut dire sans se tromper que Mo Ibrahim a eu une carrière respectable. Cependant cette carrière a été forgée par le parcours d’un jeune très déterminé à réussir. Né en Nubie, au Soudan, Mo Ibrahim a obtenu une licence en électrotechnique à l’Université d’Alexandrie, la deuxième plus grande université égyptienne. Ayant des origines anglo-soudanaises, il en a profité pour débuter sa carrière en Angleterre. Il a obtenu une maîtrise en électrotechnique à l’Université de Bradford et un PhD en télécommunications mobiles à l’Université de Birmingham. Ibrahim a reçu deux doctorats honorifiques : l’une en 2007 de la part de l’Ecole d’études orientales et africaines de l’Université de Londres et l’autre en droit de la part de l’Université de Pennsylvanie en 2011.

Il débute plus tard sa carrière professionnelle tout d’abord pour le British Telecom puis, comme directeur technique de Cellnet, une filiale de British Telecom. Dans les années 1980, Ibrahim enseigne la télécommunication aux premiers cycles à la Thames Polytechnic, qui deviendra par la suite l’Université de Greenwich. En 1989, il fonde Mobile Systems International (MSI), une entreprise de conseil et de logiciels rachetée en 2000 par la Marconi Company. MSI comptait 800 employés qui possédaient environ 30 % de ses parts lors de sa vente. En 1998, MSI se scinde pour devenir MSI-Cellular Investments, renommée ultérieurement Celtel, opérateur de téléphonie mobile en Afrique.

Après la vente de Celtel en 2005, il a créé la Fondation Mo Ibrahim. Son objectif ultime était l’incitation à une meilleure gouvernance en Afrique. Il a également mis en place un indice «l’Indice Mo Ibrahim», permettant d’évaluer annuellement la qualité de la gouvernance pour chaque pays africain. En 2007, il a lancé le Prix Mo Ibrahim pour le leadership d’excellence en Afrique. Cinq millions de dollars pour récompenser les chefs d’Etat, ayant participé à l’amélioration de la santé, l’éducation et la sécurité, tout en transférant le pouvoir à leurs successeurs en toute démocratie. A ce propos, Ibrahim est connu par son amour au continent noir: « J’ai un souhait, c’est que les Africains, plus tard, disent de moi: C’était l’un des nôtres. Il a eu de la chance, il a réussi, mais il ne nous a pas oubliés », a-t-il avoué un jour à la presse.

Selon la liste des milliardaires établie par Forbes en 2011, la fortune de Mo Ibrahim s’élève à 1,8 milliards de dollars, faisant de lui la 692e fortune mondiale. Mo Ibrahim figura également dans la liste des « TOP 100 » du TIME en 2008. Depuis 2010, Mo Ibrahim apporte son soutien à la Broadband Commission for Digital Development, une initiative des Nations unies visant à étendre les bénéfices des services du haut-débit aux populations non-connectées. Le self-made est marié à Hania, ancienne radiologue du National Health Service. Le couple a deux enfants : Hadeel Ibrahim, directrice chargée des relations extérieures à la Fondation Mo Ibrahim, et Hosh Ibrahim, acteur résidant à Londres.

Balguissa Sawadogo
Ecodafrik.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut