Accueil / Tic & Telecoms / Pour 2016, MTN porte ses objectifs d’investissement en Afrique du Sud à 757 millions $

Pour 2016, MTN porte ses objectifs d’investissement en Afrique du Sud à 757 millions $

Pour 2016, MTN porte ses objectifs d’investissement en Afrique du Sud à 757 millions $

La filiale en Afrique du sud de MTN Group, a annoncé qu’il investira 12 milliards de rands (757 millions $), pour le compte de l’exercice 2016, contre 8,5 milliards de rands initialement annoncées. « Nous investissons pour générer de la croissance. Ni le conseil d’administration de MTN South Africa, ni celui de MTN Group, n’ont fixé de limite à nos projets d’acquisition », a expliqué Mteto Nyati (photo), le directeur général de cette filiale, lors d’une rencontre avec la presse sud-africaine le 19 mai à Johannesburg

Une information qui ne manque pas de surprendre dans un contexte où l’opérateur doit encore faire face à une amende de 3,9 milliards $ au Nigéria, en guise de sanction du régulateur local, pour n’avoir pas désactivé près de 5 millions de cartes Sim non-identifièes. L’argent mobilisé devrait permettre à MTN Group, de suivre le rythme de son concurrent direct Vodacom qui, sur des recentes acquisitions, lui a volé la première place d’entreprise la mieux capitalisée d’Afrique dans le secteur des télécoms.

Alors que la bataille semble désormais se porter sur le terrain du Data, les observateurs pensent que MTN pourrait investir dans des services numériques à valeur ajoutée, dans la lignée de celui effectué sur le site en ligne de vente billets d’avions et de réservation d’hôtels Travelstart. En 2014, MTN avait pris le tiers d’Africa Internet Holding dans le cadre d’une joint-venture avec Millicom International Cellular SA et Rocket International SA et qui contrôlent le site de commerce en ligne Jumia.

Les actions du groupe MTN étaient en baisse de 1,24% sur le Johannesburg Stock Exchange ce jeudi 19 mai 2016, alors que celles de Vodacom augmentait faiblement de 0,1%. Mais dans le détail, la réaction des investisseurs est assez partagée. Les variations de position telles que relevées au 29 avril 2016 sont encore très faibles et s’équilibrent entre les cessions et les acquisitions.

Idriss Linge
agenceecofin.com

Aller en haut