Accueil / Finances / Pour 2018, Attijariwafa Bank ne rêve pas trop grand

Pour 2018, Attijariwafa Bank ne rêve pas trop grand

Pour 2018, Attijariwafa Bank ne rêve pas trop grand

Au titre de l’année 2018, Attijariwafa Bank prévoit réaliser un bénéfice de 5,4 MMDH (environ 550 millions d’euros), quasiment le même niveau qu’en 2017 (+0,5%). Bien loin des 13% de hausse enregistrée par rapport à 2016.

Selon une note d’information publiée à l’occasion de l’augmentation de capital réservée aux salariés du groupe, ces prévisions quasi-stables se basent sur une croissance de 7% des encours des crédits sains à la clientèle et des dépôts à vue (hors compte sur carnet). Ainsi, indique-t-on, les commissions augmenteront de 9%. Mais la marge nette d’intérêt sur opérations avec la clientèle resterait stable avant de baisser légèrement en 2019.

Par ailleurs, la banque prévoit une baisse de 6% du résultat des opérations du marché par rapport à 2017. Le coût du risque clientèle serait amélioré en 2019 après une stagnation en 2018, selon les prévisions financières liées aux différentes activités et aux orientations stratégiques du groupe à l’horizon 2020.

Quant aux sociétés de financement spécialisées, Attijariwafa bank s’attend à une augmentation de 5% des encours moyens des crédits à la clientèle (Wafasalaf & Wafabail), ce qui impliquerait une hausse de 8% des commissions. De même, le groupe prévoit une hausse des charges de 6% ainsi qu’une hausse de 75% du coût du risque clientèle.

A l’international, la mastodonte marocaine prévoit une croissance satisfaisante des encours moyens, avec des crédits sains à la clientèle, en progression de près de 7% à cours de change constant, ainsi que des dépôts de clientèle en hausse de près de 9% à cours de change constant.

Première banque marocaine par le total bilan, Attijariwafa Bank a annoncé, au terme du troisième trimestre de l’année, un chiffre d’affaires de 16,7 milliards de dirhams (1,7 milliard d’euros), en légère progression de 3,7% par rapport à la même période de l’année dernière.

Nephthali Messanh Ledy

financialafrik

Aller en haut