Accueil / Tic & Telecoms / Pour les fêtes, les Africains se mettent à acheter en ligne

Pour les fêtes, les Africains se mettent à acheter en ligne

Pour les fêtes, les Africains se mettent à acheter en ligne

Le commerce en ligne devrait atteindre cette année plus de 1800 milliards d’euros dans le monde, d’après la société américaine E-marketer. La part de l’Afrique reste encore très faible : moins de 2 % des ventes mondiales. Mais elle augmente chaque année. La progression des smartphones sur le continent et le taux de pénétration d’Internet qui tourne autour des 20 % laisse entrevoir un avenir radieux au secteur.

Odjala se targue d’être le premier centre commercial d’Afrique en ligne. Ce site béninois a recensé les boutiques du marché Dantokpa et du centre artisanal de Cotonou pour vendre leurs produits sur Internet. Pour Noël, Odjala a aussi signé des partenariats avec des marques internationales. Une recette efficace, selon Afiss Bileoma, fondateur du site : « On tourne autour de 10 000 internautes par jour dont 20 % vont aller jusqu’au bout en concrétisant un achat. Ils achètent beaucoup de cadeaux, des vêtements, des jouets. On a réussi un gros coup en signant un partenariat avec les poupées Naomi dolls qui n’étaient achetables qu’en Côte d’Ivoire ou en France. »

Leader du commerce en ligne en Afrique, Jumia dispose de plus de 100 sites dans 23 pays. L’entreprise a multiplié les offres commerciales pour la période des fêtes, comme l’introduction du Black Friday américain.

« C’est devenu le plus grand évènement commercial d’Afrique, se réjouit Fatoumata Ba, directrice marketing pour l’Afrique. Il y a même des acheteurs qui planifient et économisent toute l’année pour notre Black Friday. On a eu cette année un client qui a passé plus de 600 commandes : des produits de cuisine pour sa mère, des produits de beauté et des bijoux pour sa femme, des consoles de jeux pour lui, mais aussi des produits électroniques destinés à la revente. Les spécificités du e-commerce en termes de prix, confort et choix, combinées à des évènements commerciaux génèrent un franc succès et dopent l’usage du e-commerce. »

Nouveaux modes de consommation

Le commerce en ligne commencerait même à transformer peu à peu les modes de consommation des Africains. Ils deviennent notamment plus exigeants, d’après Fatoumata Ba : « Typiquement cette année, non seulement nos consommateurs voulaient le meilleur prix évidemment, mais ils tenaient à être assurés d’une livraison dans les plus brefs délais. C’est pour ça qu’il était important pour nous de démarrer tôt avec le Black Friday dès le mois de novembre, puis de lancer une boutique de Noël dès début décembre et d’autres opérations commerciales pour pouvoir assurer une livraison sous le sapin avant Noël. »

Un marché encore peu accessible

Le panier moyen des consommateurs de Jumia tourne autour des 80 euros. Le site estime avoir 6 millions d’utilisateurs, essentiellement issus de la classe moyenne africaine. Mais on est encore loin d’une généralisation de ce mode de consommation.
« On a fait passer beaucoup de publicités sur Facebook : “60 % des Européens et des Américains font leurs achats en ligne, pourrez-vous relever le défi au Bénin cette année ?”, explique Afiss Bileoma. Bon… c’était surtout humoristique. Le e-commerce n’est pas encore entré dans les habitudes comme au Nigeria, au Kenya ou au Rwanda. D’ailleurs on a certains clients qui appellent et qui souhaitent en fait voir les étals. »

Pour conquérir plus de consommateurs, le commerce en ligne mise sur l’essor des smartphones. 350 millions d’Africains en sont déjà dotés.

Gaëlle Laleix
rfi

Aller en haut