Accueil / International / Pour l’ex-PDG de Citi, 30% des emplois bancaires pourraient disparaître d’ici 2022

Pour l’ex-PDG de Citi, 30% des emplois bancaires pourraient disparaître d’ici 2022

Pour l’ex-PDG de Citi, 30% des emplois bancaires pourraient disparaître d’ici 2022

Lors d’une interview à Bloomberg Television, Vikran Pandit, ancien PDG de Citigroup, a déclaré que 30% des emplois en banque pourraient être supprimés durant les cinq prochaines années.

C’est une véritable saignée que pourraient subir les employés des banques. D’après Vikran Pandit, ancien PDG de Citigroup durant la crise financière de 2008, 30% des emplois bancaires pourraient disparaître au cours des cinq prochaines années. “L’intelligence artificielle et la robotique vont réduire le besoin en personnel dans toutes les fonctions de back-office d’une banque”, a précisé Vikran Pandit, lors d’un entretien avec Bloomberg Television.

Des prévisions qui sont en phase avec l’étude réalisée par Citigroup en mars 2016. À cette époque, la banque d’affaires estimait que 30% des emplois en banque pourraient être supprimés, mais sur une période de 10 ans (entre 2015 et 2025), en raison principalement de l’automatisation dans la banque de détail. Ce qui pourrait entraîner selon l’étude la suppression de 770.000 emplois aux États-Unis et environ 1 million d’emplois à temps plein en Europe.

Une vision qui divise la profession

Une vision que ne partage pas totalement Axel Lehmann, le directeur opérationnel de la banque suisse UBS. S’il admet tout de même que l’intelligence artificielle “changera fondamentalement l’activité bancaire”, il estime en revanche que cela n’aura pas forcément d’effets sur l’emploi. “Il y a 50 ans, lorsque UBS a été le premier à déployer un guichet automatique en Europe, la presse spéculait sur les pertes d’emplois qu’allait entraîner cette innovation chez les guichetiers et plus globalement dans la banque de détail. Maintenant, l’histoire montre que cela n’a pas vraiment eu lieu. En réalité, le travail effectué par le personnel en banque de détail a pris une autre forme et je pense que la même chose se passera plus largement dans le secteur bancaire avec l’arrivée des nouvelles technologies.”

Jamie Dimon, le patron de JP Morgan, qui a récemment créé la polémique en déclarant que le bitcoin allait imploser, estime, de son côté, que la réduction des coûts induite par la technologie permettra aux banques de recruter de nouveaux profils afin de développer ses nouvelles opportunités. “Dans la banque d’investissement, l’entreprise emploie désormais moins de ‘traders’ et de ‘sales’, mais plus d’ingénieurs et de codeurs”, déclarait-il.

S.B
bfmbusiness.bfmtv

Aller en haut