Accueil / International / Pourquoi la Chine va supprimer 500.000 emplois dans l’industrie lourde en 2017

Pourquoi la Chine va supprimer 500.000 emplois dans l’industrie lourde en 2017

Pourquoi la Chine va supprimer 500.000 emplois dans l’industrie lourde en 2017

Cette mesure s’inscrit dans un plan plus large, décidé par Pékin, visant la suppression à terme de 1,8 million d’emplois dans l’industrie lourde, dont la surproduction est coûteuse et polluante.

La Chine prévoit de supprimer 500.000 emplois en 2017 dans les industries en surcapacité de l’acier et du charbon, a annoncé le ministre des Ressources humaines Yin Weimin, rapporte Bloomberg. Cette mesure fait partie d’un plan plus large, révélé il y a tout juste un an, visant à terme la suppression de 1,8 million d’emplois dans ces secteurs, dont la surproduction est coûteuse et polluante. Ces coupes représentent 11% à 20% des effectifs totaux dans les industries de l’acier et du charbon selon IHS Insight, relate CNN Money.

Yin Weimin a par ailleurs annoncé que 726.000 emplois ont été supprimés dans ces secteurs en 2016.

La croissance la plus faible depuis 1990

Ces industries ont largement contribué au boom économique de la Chine entre la fin du XXe et le début du XXIe siècle. L’empire du Milieu a multiplié les chantiers de construction entre les infrastructures et les usines, impliquant une demande croissante en acier et charbon.

Proche de la maturité, l’économie chinoise ralentit ces dernières années. Le pays affiche d’ailleurs 6,7% de croissance pour 2016, soit sa plus faible performance depuis 1990. De plus, certains partenaires commerciaux, notamment l’Union européenne et les États-Unis, ont pris des mesures radicales d’anti-dumping contre l’acier chinois.

Pour éviter l’écroulement brutal de ces industries, le gouvernement a ainsi mis en place ce plan de restructuration, mais dont l’ampleur risque de ne pas être suffisante.

“Les plans du gouvernement prévoient une réduction de 10% à 15% de l’excès de capacité dans l’acier et le charbon dans les prochaines années. Soit moitié moins que la part nécessaire pour ramener l’offre au niveau de la demande selon les analystes”, écrivait le Wall Street Journal en avril.

Transférer la main-d’œuvre de l’industrie lourde vers les services

Pékin ne se contente pas de faire des coupes dans les effectifs. Le gouvernement prévoit d’opérer un transfert de main-d’œuvre vers le secteur tertiaire, autrement dit vers les services. Le plan comporte en effet un volet investissement de 100 milliards de yuans (13,7 milliards d’euros) pour subventionner ce processus, dont 30 milliards ont été dépensés sur l’année 2016.

Yin Weimin a indiqué que le gouvernement a prévu trois options de reclassement pour les salariés concernés. Il s’agit de les laisser partir à la retraite plus tôt, pour ceux qui s’approchent de la soixantaine, et diriger les autres vers une formation pour trouver un nouveau métier ou de les inciter à créer leur propre activité.

Pékin mis sur les services, mais aussi et surtout sur le secteur des technologies et de l’Internet pour absorber cette main-d’œuvre massive forcée de quitter l’industrie lourde.

 

Jean-Christophe Catalon
la tribune

Aller en haut