samedi 26 septembre 2020
Accueil / Finances / Pourquoi l’internationalisation du yuan se développe en Afrique?

Pourquoi l’internationalisation du yuan se développe en Afrique?

Pourquoi l’internationalisation du yuan se développe en Afrique?

L’immeuble de bureaux de la Banque sino-congolaise pour l’Afrique (BSCA) se dresse au bord du fleuve Congo comme un bâtiment emblématique de Brazzaville, capitale de la République du Congo, et une plate-forme pour étendre l’internationalisation du yuan, la monnaie chinoise, dans la région.

Depuis son lancement en 2015, la BSCA, banque financée à la fois par la Chine et la République du Congo, a non seulement créé des emplois et fourni des services aux citoyens congolais, mais a également étendu ses activités de règlement en yuan et d’échange de devises dans le but de promouvoir l’utilisation du yuan en Afrique centrale.

Le président congolais Denis Sassou Nguesso a qualifié l’établissement de la BSCA de « bonne décision » entre les deux pays, affirmant qu’elle avait été créée non seulement pour le Congo lui-même, mais également pour l’ensemble de l’Afrique.

UN MEILLEUR ACCES

La BSCA, première joint-venture de l’Agricultural Bank of China (la Banque agricole de Chine) en Afrique, s’adresse au problème du manque de grandes banques commerciales locales dans le pays africain.

Auparavant, le secteur bancaire en République du Congo était quasiment la chasse gardée de banques occidentales. La pénétration bancaire était faible et seulement 10% de la population disposait d’un compte bancaire, fait savoir Patrick Obamby, directeur général adjoint de la BSCA.

Selon Zhang Cheng, chef du département des marchés financiers de la BSCA, la banque a été la première à émettre des cartes UnionPay en Afrique centrale.

Les clients possédant une telle carte peuvent utiliser le franc CFA, la monnaie locale, déposé en République du Congo pour effectuer des retraits en yuan, ou faire usage des établissements bancaires qui acceptent le système UnionPay en Chine. Les cartes UnionPay émises en Chine peuvent également être utilisées dans les établissements de la BSCA, ce qui permet de réaliser des conversions automatiques entre la monnaie locale et le yuan, déclare M. Zhang.

« Auparavant, les clients effectuaient des virements en yuan via la Western Union. Désormais, un règlement transfrontalier via les cartes UnionPay peut leur faire économiser jusqu’à la moitié des frais de service », indique-t-il.

UN COMMERCE FLORISSANT

Ces dernières années, la coopération économique et commerciale entre la Chine et l’Afrique a connu un bon élan de développement.

Les institutions financières chinoises ont installé plus de dix branches en Afrique. L’Afrique du Sud et sept autres pays ont intégré le yuan dans leurs réserves de devises. La Chine a établi un mécanisme de liquidation en yuan avec la Zambie et a signé des conventions d’échange de devises avec quatre pays africains, dont le Maroc.

La Chine est le plus grand partenaire commercial de l’Afrique depuis dix années consécutives. En 2018, le volume des échanges entre elles s’est élevé à presque 204,2 milliards de dollars, soit une hausse annuelle de 20%.

« Avec la croissance rapide du commerce entre la Chine et l’Afrique, la part des règlements en yuan en Afrique a atteint environ 12% en 2018, contre 5% en 2015 », indique Zhang Jianyu, directeur général de la BSCA.

L’internationalisation du yuan a connu des progrès considérables en Afrique, mais au regard du volume total des échanges commerciaux entre les deux parties il existe encore une grande marge de progression, ajoute-t-il.

UNE MONNAIE DE RESERVE

Disposant d’avantages tels que la facilitation des investissements et des échanges commerciaux entre la Chine et l’Afrique, ou encore la limitation des risques liés au taux de change tout en stabilisant le système financier, le yuan aiguise de plus en plus l’intérêt des pays africains.

Des professionnels du secteur financier ont indiqué que la combinaison des investissements en Afrique avec l’internationalisation du yuan et l’accélération de la coopération financière Chine-Afrique encouragera les pays et institutions africains à utiliser le yuan. Avec le temps, celui-ci deviendra une monnaie de réserve et de règlement dans davantage de pays du continent.

Les dirigeants africains ont lancé en juin dernier l’accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) qui devrait accélérer l’internationalisation du yuan, selon des analystes.

Zhang Jianyu note que la Chine et l’Afrique devraient forger une coopération économique et commerciale plus étroite à travers l’édification de la ZLECA et de l’Initiative la Ceinture et la Route, ce qui permettrait d’aider à combiner les expériences de développement, la technologie et le capital de la Chine avec les ressources naturelles et humaines riches de l’Afrique, et ainsi d’élargir l’utilisation du yuan en Afrique.

Cela pourrait « rendre les règles commerciales plus simples, de même que les échanges des biens et des services entre les deux parties, ce qui devrait donc mener à une utilisation plus étendue du yuan », estime pour sa part Gerrishon Ikiara, maître de conférence de l’université de Nairobi.

french.china

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut